Ce ne sera que partie remise pour la première séance du Question Time de la 7e Assemblée nationale, qui aurait dû se dérouler mardi prochain. En cette fin de semaine, les indications de sources bien renseignées à l’hôtel du gouvernement semblent confirmer que le gouvernement n’envisage pas de séance parlementaire pour mardi prochain. Donc pas de Question Time, même si les parlementaires de l’opposition se sont déjà préparés pour des barrages d’interpellations sur des sujets d’actualité pour cette tranche des débats.

La raison officielle avancée est que vu que la séance du lundi 3 février consacrée au lancement des débats sur le discours-programme 2020/2024 devra durer jusqu’à fort tard dans la nuit, le Prime Minister’s Office n’a pas jugé prudent de proposer l’ajournement de la séance à mardi, préférant un autre jour où le Question Time n’est pas officiellement à l’ordre du jour.

Dans les rangs de l’opposition, l’on dénonce cette tactique du gouvernement visant à museler les parlementaires en les privant du Question Time. « Avant même les premiers échanges au sein de l’hémicycle, nous constatons que c’est un vent de panique qui souffle dans les rangs de la majorité. Mais le gouvernement ne pourra pas esquiver la séance de mardi chaque semaine et nous serons fidèles au rendez-vous », laisse-t-on entendre en attendant la confirmation officielle de l’annulation de la séance de mardi.