Avec la séance de l’Assemblée nationale de mardi prochain dépouillée de la tranche du Question Time, adoption d’un budget supplémentaire oblige, un premier bilan au chapitre des interpellations parlementaires peut être établi. Surtout dans le sillage de la protestation formelle du député du MMM Rajesh Bhagwan contre le nombre de Parliamentary Questions (PQs) restées sans réponse à ce jour, et le sévère rappel à l’ordre de la Speaker, Maya Hanoomanjee, aux ministres quant à leurs responsabilités et leur devoir de transparence conformément aux dispositions du Standing Order 25 (3) des règlements des travaux de l’Assemblée nationale. Un premier décompte, en excluant la séance de mardi dernier, indique que sur les quelque 350 PQs déposées par les parlementaires de l’opposition et des backbenchers de la majorité, 130 sont encore sans réponses de la part des ministres concernés. Le fait à signaler demeure que le Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, se démarque avec pas moins 50 interpellations en souffrance depuis la reprise des travaux de l’Assemblée nationale le 28 mars dernier.
Ce hit-parade démontre que Pravind Jugnauth a un retard accumulé de 50 PQs, sans compter la dizaine de mardi dernier à rattraper pour être en règle avec les dispositions des Standing Orders. Pour la seule séance du mardi 28 mars dernier, le Leader of the House totalise 16 interpellations parlementaires sans réponses. Avec cette tendance et l’approche du Budget Time à l’Assemblée nationale, le workload parlementaire du Premier ministre et ministre des Finances pèsera encore plus lourd.
Avec les trente minutes allouées au Prime Minister’s Question Time, le principal concerné n’est pas en mesure de répondre aux attentes des parlementaires sur différents dossiers relevant des responsabilités du Prime Minister’s Office mais aussi celles du ministère des Finances et du Développement économique. Dans l’immédiat, Pravind Jugnauth s’est vu servir un carton rouge par la Speaker à la reprise des travaux après le lunch de mardi dernier.
Réagissant aux protestations du député Bhagwan sur le transfert d’un membre du gouvernement à un autre de la PQ sur les salaires et conditions de service de l’ancienne directrice générale de l’Independent Broadcasting Authority Youhsreen Choomka, et le nombre d’interpellations parlementaires en souffrance, Maya Hanoomanjee a prononcé un Statement from the Chair pour remettre les pendules à l’heure. D’entrée de jeu, elle a rappelé une règle sacro-sainte de l’Assemblée nationale à l’effet que la Speaker n’a aucun contrôle sur le transfert et la teneur des réponses parlementaires. « It is a long-established principle that decisions on transfer of questions rest with Ministers and are not a matter on which the Chair seeks to intervene. The principle is clear and is reproduced in Standing Order 22 (4) », devait-elle faire ressortir.
Toutefois, Maya Hanoomanjee s’est empressée de souligner qu’en aucun cas le transfert de PQs d’un ministre à un autre ne devrait être un subterfuge pour éviter de s’exposer à des interpellations supplémentaires. « However, may I draw the attention of hon. Ministers that transfer of questions should be consistent and the transfer of a question for an oral answer should not be such so as to have the effect of depriving a Member of the opportunity to put a supplementary question where the line of ministerial responsibility is not clear-cut », s’est-elle appesantie.
La Speaker n’a pas manqué de rappeler les ministres à leurs responsabilités et devoirs au sujet des PQs lors du Question Time. Elle a brandi le Standing Order 25 (3) à cet effet et a lancé un appel aux ministres pour suivre cette directive à la lettre. « In regard to the other point raised by hon. Bhagwan to the effect that replies to unanswered questions of a given sitting are not forthcoming, I invite the attention of hon. Ministers to Standing Order 25 (3) which provides as follows, I quote – “If any question remains unanswered when the Assembly adjourns, a written answer shall be sent to the Member who puts the question, and shall be printed in the Official Report.” I, therefore, request hon. Ministers to kindly govern themselves accordingly », a-t-elle conclu de manière des plus claires.
Avant les travaux de mardi, le classement des ministres en infraction au Standing Order 25 (3) s’établit, entre autres, comme suit : Premier ministre et ministre des Finances : 50 ; ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha : 15 ; ministre de la Santé, Anwar Husnoo : 12 ; ministre de la Sécurité sociale, Etienne Sinatambou : 11 ; ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun : 7 ; vice-Premier ministre et ministre des Terres, Showkutally Soodhun : 6 ; ministre des Télécommunications, Yogida Sawmynaden : 5 ; Deputy Prime Minister et ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo : 3 ; et Mentor Minister, sir Anerood Jugnauth : 2.
Avec les dernières remontrances de la présidence de l’Assemblée nationale, il faudra s’attendre à un embouteillage de réponses ministérielles en retard au secrétariat de l’Assemblée nationale cette semaine…