Le gouvernement PTr/PMSD, dirigé par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a signifié son intention d’avoir recours à la formule de référendum pour déterminer le sort des projets de réforme constitutionnelle. C’est ce qui a été annoncé par la présidente de la république par intérim, Monique Ohsan-Bellepeau, lors de la présentation, lundi après-midi, du discours programme du gouvernement pour la période 2012 à 2013 et intitulé Moving the Nation Forward. Pendant un peu plus de deux heures, elle a énuméré les mesures que compte prendre le gouvernement dans les divers domaines que ce soit de l’économie à la protection de l’environnement en passant par la réforme du service Civil.
Attaque frontale
Les attaques contre le précédent gouvernement MSM/MMM, celui de 2000 à 2005, ont été des plus frontales sur le plan économique. L’ancien président de la république, sir Anerood Jugnauth, n’a pas été épargné car le gouvernement se dit déterminé à revoir les pouvoirs et le mode d’élection du président de la république dans le cadre de la réforme constitutionnelle.
En ce qui concerne le président de la république, le projet du gouvernement est que « there is no abuse of privileged position to tarnish the reputation of the country » et pour éviter toute tentative de  des bâtons dans la mise à exécution de la politique du gouvernement du jour. Aucune ambiguïté quant à la cible visée avec cette référence.
Au chapitre de la réforme électorale pour mettre en place un système, qui soit équitable et allant dans le sens de la Nation-Building, le gouvernement maintient que « constitutional reforms cannot be decided by the political class only ». De ce fait, la présidente de la république suppléante a annoncé l’intention du gouvernement de venir de l’avant avec des « enabling legislations » pour rendre possible la tenue de référendum sur les questions de réforme constitutionnelle, qui devra comprendre, entre autre la réforme électorale et le financement des partis politiques.
New challenges
Le volet économique a été abordé par Monique Ohsan-Bellepeau dès le début de la présentation du programme du gouvernement 2012/2015. Elle a concédé que « the domestic faces new challenges » et ajoutant que le gouvernement continuera à construire sur la résilience de l’économie de Maurice, qui est reconnue par les institutions internationales. Elle a fait allusion aux difficultés dans la zone Euro.
S’appuyant sur le fait que Maurice dispose d’une des plus zones économiques exclusives (ZEE) au monde et avec le récent accord conclu avec les Seychelles au sujet du Plateau Continental élargi, soit une superficie de 2,3 millions de kilomètres carrés, représentant la superficie de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne et de la Grande-Bretagne réunie, le gouvernement ambitionne l’idée de transformer Maurice en une « Ocean Economy ». Le Mauritius Oceanographic Institute s’est vu confier la responsabilité d’assurer la coordination de ce vaste chantier de faire de Maurice une Ocean Economy.
Télé privée, Harbour Bridge, lois sur la presse
Parmi les  autres intentions énumérées par la présidente de la république par intérim, relevons l’introduction de la télévision privée, de nouveaux projets d’éco-tourisme pour des îles lointaines et « pristine » de la république de Maurice dans une tentative d’insuffler un nouvel élan au secteur touristique, la restructuration de la Mauritius Tourism Promotion Authority, des premiers projets de Public Private Partnership dans le secteur routier, soit le Harbour Bridge, la Port Louis Ring Road phase II et l’AI-M1 Bridge, le démarrage des travaux en 2013 pour le Mass Transit System couvrant l’île.
Le gouvernement a promis de venir de l’avant avec des amendements à la loi sur la presse pour décourager des cas d’invasion de la privée tout en oubliant de faire mention de toute démarche en faveur d’un Freedom of Information Act visant à garantir une plus grande marge de liberté pour la presse.
Le programme gouvernemental 2012-2015 couvre quasiment tous les secteurs de la vie à Maurice, notamment le Law and Order avec une extension de la couverture à d’autres régions du système de caméras de surveillance, du recrutement de 5 000 policiers d’ici 2015, de l’introduction du permis à points, de l’adoption des bracelets électroniques au lieu de la détention provisoire pour des suspects ou encore de la construction d’un troisième centre pour le troisième âge à Pointe-aux-Piments et la lutte contre la corruption.
La présidente de la république par intérim a conclu la présentation du discours-programme en s’appesantissant sur les nouveaux défis sur le plan international, avec des changements drastiques dans le domaine économique.« The test of real leadership is to ride these waves », a-t-elle ajouté comme pour répondre à des attaques du président de la république sortant, sir Anerood Jugnauth, contre le Premier ministre, Navin Ramgoolam.
Les débats sur le discours-programme à l’Assemblée nationale débuteront le mardi 8 mai, soit après les meetings politiques de la Fête du Travail.