2014, l’année parlementaire probablement la plus chômée depuis l’Indépendance. Les statistiques parlent d’elles-mêmes: huit séances en tout et pour tout, sept Private Notices Questions, un total de 225 questions et moins d’une demi-douzaine de textes approuvés, parmi lesquels, le déterminant The Constitution (Declaration of Community (Temporaray Provisions) Act. Comme le prévoient les Standing Orders, l’ordre du jour de la séance prévue pour ce mardi 7 octobre a, comme d’habitude, été posté en début de soirée de vendredi sur le site de l’Assemblée nationale, lequel deviendra toutefois caduc avec la dissolution qui interviendrait dans les heures qui viennent selon les sources les plus autorisées sur ce calendrier.
C’est le 25 mars que les travaux de l’Assemblée nationale ont repris après les vacances de fin d’année, une rentrée qui intervenait le lendemain de la présentation, dans les soirée du 24, du projet de réforme électorale par le Premier ministre Navin Ramgoolam. Ce que l’on croyait être le début d’une année parlementaire bien remplie se révèlera en fait un parcours en dents de scie et au gré du calendrier politique et des négociations d’alliance entre le PTr et le MMM.
Des séances subséquentes sont bien tenues les 1 er, 8 et 15 avril avant d’être ajournée au 13 mai sauf que la veille — c’est décidément toujours la veille — le Premier ministre avait annoncé la prorogation du Parlement pour se pencher d’urgence sur le projet de réforme électorale et l’élimination de la déclaration obligatoire de communauté pour pouvoir se porter candidat. Aucune date de reprise n’est alors précisée, la Constitution ne requérant d’ailleurs aucune obligation dans ce sens. C’est suite aux travaux d’un comité mixte composé de membres du PTr et du MMM et de cadres du State Law Office sous la présidence de l’Attorney General Satish Faugoo qu’un projet d’amendement est proposé et que l’Assemblée nationale est rappelée le 4 juillet pour en débattre. Les débats se poursuivent le 7 et le texte est voté le 11 juillet à une écrasante majorité de 63 pour, tous les députés du PTr, du MMM et du MSM votant l’amendement, les trois députés du PMSD Xavier Duval, Thierry Henry et Aurore Perraud s’abstenant et une seule voix se prononçant carrément contre, celle du député du FSM, Cehl Meeah.
En dehors de cet amendement constitutionnel, quatre autres textes adoptés, le Copyright Act, le 1er avril le Mauritius Research Council Act, le 8 avril et le Mauritius Cane Industry Authority Act et le Land Surveyors Act le 22 juillet, date de la dernière séance.
Pauvre en textes votés et pas plus riches non plus en termes de questions. Sur les sept séances tenues, sept Private Notice Questions du leader de l’opposition Paul Bérenger, la réforme électorale pour le menu de rentrée du 25 mars, le Livre Blanc de Navin Ramgoolam ayant été présenté la veille, la Ring Road évoquée à la séance du 1er avril, la déportation de la Mauricienne Yashika Bhageerutty portée dans l’hémicycle le 8 avril et le trafic de cadavres disséqués.