La Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition, Paul Bérenger, sur l’effondrement de la Terre-Rouge/Verdun Link Road (M3), a été l’occasion pour le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, de faire le point sur le scandale de cette route longue de 22,2 km qui a coûté à ce jour la somme de Rs 4 milliards. Ce chiffre ne tient pas compte des dépenses à être encourues avec les travaux de réhabilitation qui devront être entrepris dès la réception des recommandations suite à des tests géotechniques entrepris ces dernières semaines. Le ministre a fait comprendre à l’Assemblée nationale que l’objectif prioritaire du gouvernement est de s’assurer de la sécurité des usagers de cet axe routier reliant le Nord au Sud en évitant la traversée de Port-Louis.
À ce stade, la réouverture de la route Terre-Rouge/Verdun à la circulation n’est pas annoncée avant 12 à 15 mois. C’est ce qu’a indiqué le ministre Nando Bodha en réponse à une interpellation supplémentaire de Paul Bérenger. Néanmoins, en vue d’alléger le grave problème de congestion routière, avec pas moins de 20 000 véhicules transitant par la Place d’Armes chaque jour, la déviation sur 400 mètres pour éviter la zone sinistrée sur le tronçon Valton/Ripailles devra être opérationnelle dans une dizaine de jours. Elle ne sera ouverte à la circulation routière que pendant les jours de semaine. Il a soutenu que pas moins d’un véhicule sur dix (10 %) profite de la formule de déviation sur la route Abattoir à l’entrée nord de Port-Louis.
De son côté, le leader de l’opposition s’est également intéressé au « Prima Facie Case » de complot annoncé contre des officiers de la Road Development Authority (RDA) concernés par la supervision des travaux de construction de cette route et le manquement de n’avoir pas informé les autorités compétentes des problèmes notés bien avant la livraison du chantier, soit en février 2013. Le ministre des Infrastructures publiques s’est dit convaincu que ces allégations seront prouvées, mais que pour l’instant le gouvernement a préféré jouer la prudence avec l’institution d’un comité présidé par Me Ravin Chetty pour faire la lumière sur cette affaire. Deux ingénieurs de la RDA ont été interdits de leurs fonctions et le General Manager, Kadressen Dorsamy, n’a pu faire valoir ses droits à des congés préretraite, demande qui n’a pas été entretenue officiellement.
« Embankment failures »
Bérenger : Par rapport à la construction de la route Terre-Rouge/Verdun (M3), le ministre des Infrastructures publiques peut-il révéler à la Chambre le montant versé à Colas Maurice/Colas Madagascar et au consultant EGIS BCEOM International ? Un appel d’offres a-t-il été lancé en 2014 suite à un éboulement de terrain survenu ? Pourquoi le tracé original a été modifié ? Un « Prima Facie » a-t-il été établi pour le délit présumé de complot contre la RDA ? Des solutions temporaires et permanentes ont-elles été arrêtées suite aux fissures prélevées et aux réclamations ? Des mesures urgentes ont-elles été mises en oeuvre pour résoudre le problème de congestion dans la région nord de Port-Louis ?
Bodha : Je voudrais faire ressortir que ce projet a été conçu en 2006 comme un « By-Pass » de Port-Louis pour assurer une meilleure liaison routière entre le Nord et le Sud, l’Est et le Nord, une plus grande sécurité aux usagers de la route et alléger le volume de trafic routier sur les autoroutes M1 et M2. Initialement, cette route était connue comme la Malenga/Crève-Coeur Road pour devenir la Terre-Rouge/Verdun Link Road, et ensuite la Phase II en raison des travaux rendus nécessaires suite à des glissements de terrain.
Le coût payé à Colas-Maurice et Colas-Madagascar est de Rs 3 028 859 365 alors que les consultants de EGIS BCEOM ont été payés la somme de Rs 120 millions. En ce qui concerne les travaux suite à des éboulements sur une distance de 1,4 km, un contrat avait été alloué à la firme SinoHydro en septembre 2013 pour des travaux de stabilisation du terrain.
Suite à des « embankment failures » sur le tronçon de la route entre Ripailles et Valton relevés depuis janvier dernier, nous avons pris la décision d’entreprendre des tests géotechniques sur toute la longueur de la route en vue de confirmer la nature du problème tout en déterminant la qualité des travaux de réhabilitation à être entrepris. De ce fait, les travaux alloués à SinoHydro ont été stoppés jusqu’à la fin de ces tests pour savoir si le design et les travaux prévus sont appropriés pour résoudre les problèmes.
La route Malenga/Crève-Coeur avait été conçue par la firme LuxConsult pour relier Moka à Pamplemousses. Suite à une décision du Conseil des ministres de décembre 2005, les travaux furent révisés avec un nouveau tracé dans une tentative de réduire la distance en vue de relier le Nord au Sud, d’atténuer la congestion routière sur les autoroutes M1 et M2, de pourvoir une nouvelle connexion avec le nouveau pôle de développement d’Ébène et de développer les régions de Moka et de Pamplemousses.
« Prima Facie Cases »
Avec l’effondrement de la route depuis le début de cette année, le Conseil des ministres a pris la décision, lors de la réunion du 23 janvier dernier, de confier un Financial Audit au ministère des Services financiers et de la Bonne gouvernance sur tous les contrats de construction routière alloués par le gouvernement depuis 2010. De son côté, le conseil d’administration de la RDA a pris la décision d’interdire de leurs fonctions deux ingénieurs, le Site Engineer et le Project Coordinator, lors de la réunion du 2 février. Me Ravin Chetty a été nommé pour mener une enquête dans cette affaire. Subséquemment, le dossier sera soumis à la police et à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) pour des « Prima Facie Cases ».
Je suis pleinement conscient des problèmes et du fardeau des usagers de la route avec la fermeture de la Terre-Rouge/Verdun Link Road. Mais, nous avons décidé de mener des tests géotechniques approfondis pour décider de la nature des travaux à être entrepris. Les résultats de ces tests seront connus dans un délai de trois mois et à partir de là, nous allons confirmer les travaux nécessaires.
Dans la dernière partie de sa réponse liminaire, le ministre a énuméré les mesures adoptées pour atténuer les problèmes de congestion, en particulier la déviation sur la route Abattoir au rond-point ABC avec cinq options de dégagement pour quitter la capitale, de même que l’interdiction aux poids lourds de circuler aux heures de pointe.
Bérenger : Le projet était initialement évalué à Rs 2,1 milliards. Finalement, le coût est de plus de Rs 3 milliards. How about the outstanding claims ? Les consultants sont-ils toujours payés par le gouvernement ?
Bodha : Des informations qui sont en ma possession, je crois savoir qu’il y avait des réclamations de l’ordre de Rs 500 millions logées par les contracteurs. Puis est intervenue l’Agence française de Développement (AFD) avec la mise en place d’un arbitrage. Finalement, une somme supplémentaire de Rs 93,3 millions a été versée et une extension de neuf mois pour les travaux accordés.
Bérenger : Qu’en est-il de ma question à savoir si les contracteurs sont toujours payés ?
Bodha : Non. Ils ne le sont pas.
Bérenger : Pour les travaux suite aux éboulements, la firme chinoise SinoHydro a obtenu un contrat de Rs 800 millions, dont 8 % du montant a déjà été payé. SinoHydro a consenti à stopper les travaux. Mais à quelles conditions ?
Bodha : Pour les travaux de la Phase II de la route Terre-Rouge/Verdun, des tests ont été entrepris en 2006, 2010 et en 2011, soit pendant 15 jours, cinq jours et trois jours respectivement. Pour tout le projet, des tests ont été effectués pendant 21 jours et l’expert n’a été payé que 12 000 euros par EGIS. Il est évident que les tests effectués sont des plus inappropriés (totally inappropriate) pour une telle région sujette à des éboulements. À un certain moment, les travaux ont été stoppés, car l’AFD et le gouvernement étaient parvenus à la conclusion qu’il ne pouvait plus y avoir de variations vu que le coût était passé de Rs 2,2 milliards à un peu plus de Rs 3 milliards. Puis, il y a eu la décision de la Phase II avec le contrat de Rs 800 millions à SinoHydro où 5 % des travaux ont déjà été accomplis. Finalement, il y a eu la décision d’arrêter les travaux pour attendre les conclusions des tests. Dans trois mois, nous aurons les résultats et saurons quels travaux de réhabilitation à entreprendre…
Bérenger : La firme SinoHydro fait-elle partie des sociétés sujettes à l’enquête confiée au ministre Roshi Bhadain ? Nous connaissons parfaitement bien la performance de cette compagnie de construction. Qu’en est-il du paiement ?
Bodha : La décision du Conseil des ministres est que l’exercice d’audit général concerne tous les contrats alloués et exécutés depuis 2010. SinoHydro a déjà bénéficié d’un « Advance Payment » de 10 %.
Bérenger : Voilà pourquoi je suis intéressé par les conditions de SinoHydro pour arrêter les travaux…
Bodha : Nous devrons nous assurer que le design et les travaux prévus soient appropriés et conformes aux résultats des tests avant de les reprendre. It is a very difficult area. Il y a eu des glissements de terrain en 2010 et en 2011. Nous avons demandé de stopper les travaux pour trois mois.
Spéculation foncière
Bérenger : Le responsable de la RDA a déclaré que ce projet avait été modifié pour attirer le trafic routier. Dans le passé, il y a eu des allégations de spéculation foncière autour de ce projet. L’enquête menée par le ministre Bhadain se penchera-t-elle sur ce volet de spéculation foncière ?
Bodha : C’est un fait qu’il y a eu un nouveau tracé. L’ancien gouvernement MSM/MMM avait préconisé une route entre Crève-Coeur et Malenga. Le gouvernement suivant en a modifié l’alignement en décembre 2005 pour desservir Ébène et d’autres régions. Je ne détiens pas d’informations sur la spéculation foncière…
Bérenger : Dans cette même Chambre, des allégations ont été tenues à ce sujet. Aujourd’hui, le nouveau gouvernement instruit toutes sortes d’enquêtes. Peut-on savoir si cette affaire de spéculation foncière fera l’objet d’enquête ?
Bodha : It will be investigated.
Bérenger : Peut-on savoir si un « Prima Facie Case of Conspiracy » a été établi contre la RDA ? À ce jour, aucun dossier n’a été soumis à la police pour enquête. Pourtant, le ministre a fait état de graves allégations. Qu’en est-il ?
Bodha : The serious allegations are still there. Il y a eu des glissements de terrain en 2010. Ces faits n’ont pas été rapportés officiellement. Puis en février 2013, il y a eu une descente des lieux sur le chantier. Cracks were observed and brought to the attention of the consultants of EGIS. Les contracteurs avaient proposé d’apporter des solutions. We have proofs that cracks have occurred. There was no disclosure of information by the engineers. We are taking the right decision. Nous avons nommé Me Ravin Chetty pour mener une enquête. I’m convinced that the allegations will be proven.
Kadressen Dorsamy a fait une demande de congé pré-retraite. Cette démarche n’a pas été entretenue car nous aurons besoin de lui pour l’enquête sur la route Terre-Rouge/Verdun et d’autres contrats.
Bérenger : En dehors de la Chambre, le ministre a cité des extraits d’une correspondance officielle en date du 23 février 2013 au sujet des Cracks. Est-il disposé à déposer sur la table de l’Assemblée nationale une copie de ce document ?
« It is clear that this clause is unacceptable »
Bodha : I have no issue on that…
Bérenger : Il y a aussi des allégations de trafic d’influence au sujet des privilèges accordés par les contracteurs à six ingénieurs de la RDA. Ces détails font-ils partie du contrat ?
Bodha : It is in the contract…
Bérenger : Est-ce illégal ?
Bodha : It is clear that this clause is unacceptable. Les ingénieurs sont des membres du personnel de la RDA. Une Site Visit a été effectuée en février 2013 où des Cracks avaient été relevées. À deux reprises lors des Management Meetings, j’avais demandé si des fissures avaient été notées au préalable. À deux reprises, on m’a dit non. Par la suite, je suis parvenu à obtenir confirmation de cette information. Il est clair que la RDA ne se fiait qu’aux consultants et que les tests n’étaient nullement appropriés. C’est ce qu’a confirmé l’expert sud-africain après analyse de l’Embankment. (À ce stade, il se lance dans des explications techniques au sujet des travaux de comblage de la route.) There was no appropriate test to the drainage problem. Les planteurs de la région ont fait état de ces problèmes.
Bérenger : Le ministre a été très dur envers la RDA et Colas. Il a cité le consultant de la JICA. Nous n’avons pas entendu parler de l’expert sud-africain. Peut-il révéler le Staffing de la JICA, qui a procédé à cette évaluation. Qui a recruté l’expert d’Afrique du Sud ?
Bodha : Avec l’effondrement de l’Embankment de la route Terre-Rouge/Verdun, il y avait deux experts de la JICA, qui travaillaient sur le problème de glissement de terrain à Chitrakoot et à Quatre-Soeurs. J’ai fait appel à leur expertise pour comprendre la situation. De son côté, l’expert d’Afrique du Sud était à Maurice pour le design des travaux suite à l’effondrement de la Ring Road (Phase I) à Pailles. J’ai sollicité ces expertises car cette route a déjà coûté la somme de Rs 3,8 milliards et que toute décision aura un Bearing sur l’avenir.
Bérenger : Le public veut savoir quand cette route sera rouverte. Dans un premier temps, les conclusions des tests étaient prévues dans trois mois. Puis six mois. Ensuite, il y aura les travaux de réparation. Peut-il donner une indication quand cette route sera rouverte à la circulation ?
Bodha : It is a genuine concern for the country. Mais il est également important de prendre connaissance des conclusions de ces tests pour déterminer les travaux. Il faut prévoir trois mois pour des tests entre Valton et Ripailles. De ce que j’ai appris, après les trois mois, il faut s’attendre à des travaux pendant neuf à douze mois. Pour alléger les 30 % du trafic venant du Sud en utilisant cette route, nous travaillons sur une déviation sur 400 mètres de Track pour contourner la zone sinistrée. Cette bretelle temporaire devra être opérationnelle dans dix jours et ne sera ouvrable qu’en jours de semaine. The most important thing is to have a safe motorway. Une route qui a déjà coûté Rs 4 milliards.
Bérenger : Mais les solutions proposées pour alléger la congestion routière ont été des Flops, notamment la troisième voie et la déviation sur Camp Yoloff. Mais il nous propose une troisième. Qui nous dit que ce ne sera pas encore un Flop ? Y a-t-il quelqu’un à la RDA qui assure la coordination avec la police à ce sujet ?
Bodha : We did a contra (-flow) lane (la troisième voie sur l’autoroute du Nord). That created a national problem. La formule de déviation à l’Abattoir permet d’absorber un millier de véhicules, soit 10 % de ceux entrant à Port-Louis du Nord. La bretelle sur la route Terre-Rouge/Verdun devrait pouvoir aider. There is no magic solution. Il y a 9 000 véhicules qui entrent à Port-Louis du Nord et 10 000 du Sud. À l’heure de pointe, nous avons quelque 20 000 véhicules transitant par la Place d’Armes. Nous avons une bonne collaboration avec la police et la RDA ne s’occupe pas de la congestion routière mais ne fait que superviser les chantiers d’infrastructure routière.