Le parlement est appelé depuis ce matin à se pencher sur l’examen d’un budget supplémentaire d’un montant de Rs 2 081 705 006 pour les excès de dépenses effectuées sous seize programmes durant l’année fiscale 2012, présenté par le VPM et ministre des Finances Xavier-Luc Duval. Le député Kee Chong Li Kwong Wing, qui a donné la réplique au ministre des Finances, s’est élevé contre la sous-utilisation des dotations budgétaires aussi bien pour les années fiscales 2011 et 2012, qualifiant cette situation de « fiscal squeeze » soit de « politik ser sintir ». Il a réclamé un fact finding committee sur la sous-utilisation de ces dotations qui, selon lui, n’est pas conforme à l’ambition de modernité affichée par le gouvernement. Le député Mahen Seeruttun est intervenu, lui, au nom du MSM. Au début de la séance, le Speaker Razack Peeroo a demandé au Premier ministre de retirer les propos tenus contre des dirigeants du MSM dans le cadre de l’exercice de PNQ de la semaine dernière. C’est ce qu’a fait le Premier ministre. De son côté, le ministre de l’Environnement, qui répondait à une déclaration faite lors d’une récente séance parlementaire sur les travaux en cours à Trou-aux-Cerfs, a observé que ces travaux cadrent avec le projet Clean and Green de son ministère.
Présentant le budget supplémentaire, Xavier-Luc Duval a indiqué que même si le budget total dépensé pendant une année financière est inférieure aux dotations budgétaires approuvées par le parlement, il peut arriver que les dépenses prévues dans certains programmes aient dépassé les dotations allouées et nécessitent l’approbation du parlement.
Le ministre des Finances a rappelé qu’en décembre 2011, l’Assemblée nationale avait adopté un budget de Rs 77,3 milliards pour le financement de 134 programmes durant l’année fiscale 2012. Toutefois, seulement un montant de Rs 66,8 milliards, soit Rs 10,5 milliards de moins, a été dépensé. Le ministre des Finances a indiqué qu’il y a eu sous-utilisation des fonds de Rs 12,6 milliards dans 118 programmes. Ce qui a été contrebalancé par des dépenses supplémentaires de l’ordre de Rs 2,1 milliards dans 16 autres programmes. « The additional spending in those 16 programmes was essentially met by way of transfer of funds from programme “contingencies and Reservese et à partir d’autres programmes pour lesquels les dotations ont été sous-dépensées. »
Un montant de Rs 310 millions des dépenses supplémentaires relève du coût du personnel. Ainsi, Rs 148 M ont été allouées à la Rodrigues Regional Assembly pour le programme ”Rodrigues Development“, Rs 39 millions pour le programme Community Safety and Security de la force policière, Rs 65 millions au ministère des Finances pour les besoins de la MRA et Rs 58 millions au ministère de la Santé dans le cadre du programme « Curative Services ».
D’autre part, un montant supplémentaire de Rs 475 millions a été dépensé par le ministre des Infrastructures publiques dans le cadre de la réalisation des projets routiers et de construction des drains et de prêt à la Mauritius Shipping Corporation ; Rs 82 millions ont été nécessaires pour le programme « land management an physical planning » du ministère du Logement ; Rs 4 millions ont été accordées au ministère de l’Éducation pour les besoins du MITD ; Rs 190 millions au ministère de l’Environnement pour le programme « Environmental Policy and Management » ; Rs 222 millions dans le cadre du programme « Facilitation to local authorities » au ministère des Administrations régionales ; Rs 54 millions au ministère du Tourisme pour le programme « Destination promotion » et finalement, Rs 745 millions pour le programme « Centrally managed expenses of government ». Un montant de Rs 700 M devait être utilisé afin de permettre au SIC d’acheter les actions d’Air Mauritius dans MEDCOR qui est le propriétaire d’Air Mauritius Centre. Toutefois, ce projet ne s’est pas concrétisé et la totalité de la dotation a été retournée au Consolidated Fund.
Le budget supplémentaire représente seulement 2,7 % du budget pour l’année 2012. Le déficit budgétaire pour l’année 2012 a enregistré 1,8 % du GDP contre une prévision de 3,8 %. Le taux de la dette est tombé à 53,1 % contre 54,1 % prévu.
Le député Kee Chong Li Kwong Wing a critiqué le retard avec lequel le budget supplémentaire est présenté alors que le budget fiscal 2012 a pris fin le 31 décembre et que les comptes ont déjà été vérifiés par le bureau de l’audit depuis mai ou juin. Le député a déploré que les parlementaires ont été placés devant les faits accomplis sans qu’ils aient leur mot à dire sur les dépenses. Le député a observé que le ministre devrait remercier le secrétaire financier sortant pour la baisse des dépenses budgétaires. Il a toutefois critiqué la sous-utilisation des dépenses dans plusieurs secteurs, notamment par le ministère des Utilités publiques à un moment où le pays connaît des problèmes d’eau et par le ministère des Technologies de l’Information et de la Communication à un moment où on parle de modernisation de l’économie. Il a attribué cette démarche à la politique « serre ceinture ».