Curly Chowrimootoo, 27 ans, et son frère aîné, Steve Abraham Chowrimootoo, 32 ans, ont été condamnés hier par le juge Benjamin Marie-Joseph, président de la cour d’assises, à 25 années de prison chacun pour trafic de drogue.
Les frères Chowrimootoo ont été trouvés coupables, sous une première charge, d’avoir été, le 16 mai 2011, à l’avenue de l’Indépendance, Quatre-Bornes, en possession de 61,7 g d’héroïne, drogue contenue dans un sac en plastique noir sous ruban adhésif, et, sous une seconde charge, de possession de 52,37 g d’héroïne sous la deuxième charge. Steve Chowrimootoo est représenté par Me Christophe Lactive, avocat commis d’office alors que son jeune frère, accusé N° 1 dans le procès, a retenu les services de Me Vikash Rampoortab. La poursuite était représentée par Me Audrey Stephen.
À l’appel du procès, Steve Chowrimootoo avait plaidé coupable alors que son frère Curly avait plaidé non coupable. Lors des plaidoiries, l’avocat de Curly Chowrimootoo s’était attardé sur le fait que Steve Chowrimootoo a lui-même indiqué à la police que son frère n’était pas impliqué dans le trafic de drogue. Me Rampoortab est revenu sur la déposition de l’accusé N° 2 en cour, dans laquelle ce dernier a relaté les événements précédant le jour de son arrestation. Curly Chowrimootoo, qui opère comme marchand ambulant, et Steve Chowrimootoo, qui, lui, pratique la profession de charpentier, étaient poursuivis sous une charge de « wilfully, unlawfully and knowingly possess dangerous drugs for the purpose of distribution ».
Soulignons que le juge Benjamin Marie-Joseph, président de la cour d’assises, a eu à reporter à environ trois reprises la publication du jugement dans ce procès. Si l’aîné des frères Chowrimootoo, Steve Abraham, 32 ans, était présent, solidement encadré des gardes de sécurité, étant en détention préventive, par contre Curly Chowrimootoo brillait parfois par son absence.
En effet, l’accusé de 27 ans n’a pas répondu à l’appel de son nom en cour d’assises en au moins trois fois. Il avait obtenu la liberté conditionnelle et a préféré « evade court ». Le juge a même eu à émettre un mandat d’arrêt contre lui ; puis, contre toute attente, la police de Quatre-Bornes a reçu, le matin du 8 juillet, c’est-à-dire mardi dernier, une information à l’effet que Curly Chowrimootoo marchait à l’avenue Berthaud. La police s’y est rendue sur le champ et c’est ainsi que l’évadé a pu être replacé en détention après qu’il eut comparu devant le juge dans les heures suivant son arrestation.
Quant à son frère aîné, 333 jours seront déduits du temps qu’il aura à passer en prison pour purger sa peine, déduction due au temps qu’il a passé en détention provisoire.