Sen Chocalingum a comparu hier devant la Cour d’assises pour le meurtre de sa mère Daivannai Chocalingum dans la soirée du 23 février 2007 à Pamplemousses. Il a plaidé non coupable. Les auditions se poursuivent aujourd’hui.
Jeevadessen Chocalingum, plus connu comme Sen Chocalingum, a été traduit hier devant le juge Eddy Balancy siégeant aux Assises. Il répond de l’assassinat de sa mère Daivannai Chocalingum. Le prévenu a plaidé non coupable à l’accusation et un jury de neuf personnes a été désigné pour entendre le procès en tant que « judges of facts ». La poursuite a prévu d’appeler les deux responsables de l’enquête, Detective Inspecteur Gérard et le Chef inspecteur Johkoo à la barre des témoins.
« Mo pou temoign kont Sen Chocalingum ! » C’est ce qu’avait dit Madunlall Noyan lors de sa comparution devant l’instance criminelle de la Cour suprême. Selon l’acte d’accusation, le délit a été commis dans la nuit du vendredi au samedi 24 février 2007 au domicile de la victime Daivannai Chocalingum. Cette dernière, alors âgée de 73 ans, habitait à Pamplemousses.
C’est Madunlall Noyan, représenté par Me Bhanji Soni, qui a incriminé le fils de la victime, Sen Chocalingum âgé de 59 ans. Les limiers de la Major Crimes Investigation Team (MCIT), menés par le Detective Inspecteur Gérard et le Chef inspecteur Johkoo étaient chargés de l’affaire. Madunlall Noyan a soutenu en Cour que Sen Chocalingum avait étranglé sa propre mère, en avouant qu’il avait aidé celui-ci en tenant les pieds de la septuagénaire. Selon Madunlall Noyan, Sen Chocalingum, bien que marié, entretenait des rapports sexuels avec lui. Il a expliqué qu’il ne l’a jamais dit parce qu’il avait honte.
Le mobile du crime serait une histoire d’héritage. « Sen ti touzour pe demann li kass », a soutenu Noyan. Selon lui, l’accusé pensait que la victime préférait ses autres enfants au commanditaire présumé du meurtre. Lui aurait des vues sur la maison de sa mère. Sen Chocalingum avait avancé que sa mère a été victime de voleurs qui sont entrés par effraction dans la maison. Ainsi le meurtre avait été maquillé en un vol qui aurait mal tourné.
La poursuite est menée par l’Assistant DPP (directeur des poursuites publiques) Mes Mohana Naidoo et le state counsel Abdool Raheem Tajoodeen. Sen Chocalingum est défendu par Mes Baya Padiachy, Vidaya Jugurnauth et Avineshwur Dayal.