La juge Saheeda Peeroo rend demain son jugement dans l’affaire de gang rape d’une Port-Louisienne, dont les auditions se sont poursuivies hier devant les Assises. Les avocats de la défense ont fait leurs plaidoiries après le réquisitoire de la poursuite. Les cinq prévenus, tous habitants de Bois-Marchand, ont présenté leurs excuses à la victime, qui n’était pas présente au procès.
Le Directeur des poursuites publiques (DPP) intente un procès devant les Assises pour gang rape à cinq jeunes de Bois-Marchand en vertu des articles 249 (1), (1B) et (1C) du Code pénal. Sur le banc des accusés : deux maçons Jean-Claude Nampoongah (33 ans) et Lee Marvin Raymond (23 ans), un mécanicien Vijay Naran aussi connu comme Raju (22 ans), un aide-chauffeur de camion Jonathan Vaillant (24 ans) et Steeve Vaillant (21 ans). Ils ont tous plaidé coupable et ont avoué leur méfait.
Selon les dépositions des prévenus, ils se sont rencontrés le 23 décembre 2007, près du flyover bridge sur l’autoroute près de Bois-Marchand avec deux autres personnes pour agresser des passants sur la plage de Pointe-aux-Piments pour leur voler de l’argent. Deux sabres se trouvaient dans un sac que Jean-Claude Nampoongah avait dissimulé près de la plage.
Après avoir bu quelques bières, les prévenus se sont mis en quête de potentielles victimes. Une voiture blanche stationnée près de la plage et deux personnes à son bord ont attiré leur attention. Les cinq habitants de Bois-Marchand se seraient entendus pour les dépouiller. Environ Rs 11 500 ont été retirées du compte bancaire de l’homme. Comme ils étaient à neuf dans la voiture, deux d’entre eux sont descendus. La jeune femme a ensuite été violée dans un champ de cannes. Jean-Claude Nampoongah a par ailleurs menacé la femme avec un couteau. Les agresseurs ont fait main basse sur des enceintes, un lecteur DVD, un téléphone portable et un écran LCD avant de prendre la fuite.
Appelée à la barre des témoins par le State Counsel Me Soonildutt Thannoo, la Police Medical Officer Dr Jankee a expliqué qu’elle avait examiné la victime et que cette dernière avait une santé mentale stable mais était d’une humeur dépressive. Elle a ainsi dû la référer à un psychologue.
Les prévenus se sont excusés et ont imploré la clémence de la Cour du banc des accusés. Jean-Claude Nampoongah a expliqué qu’il ne s’était pas rendu à Pointe-aux-Piments pour violer des femmes. Il a souligné qu’il est marié et a trois enfants. « Mo ti sou, ti lefe lalkol », a-t-il soutenu. Vijay Naran a quant à lui expliqué qu’il n’avait que 18 ans au moment des faits. Il a présenté ses excuses à la victime et à sa famille. « Mo ti sou peer pressure », a-t-il déclaré. Les prévenus ont aussi demandé pardon à leur famille pour leur acte.
Lors du réquisitoire, Me Thannoo a demandé à la juge Peeroo d’user de sa discrétion pour imposer des sentences consécutives aux prévenus. Il a ajouté que c’est l’un des plus graves délits de la législation mauricienne et la Cour a le devoir de protéger la société. L’avocat de la poursuite a expliqué qu’ils ont encore plus déshonoré la victime en la forçant à avoir des rapport sexuels par voie orale.
Les avocats de la défense ont plaidé pour une sentence clémente car il n’y a pas eu violence physique sur la jeune femme. Ils ont toutefois consenti que c’est « one of the most heinous crimes » qui puisse être commis. Ils ont souligné que les accusés ont coopéré avec la police et qu’ils ont plaidé coupable.
Dans sa plaidoirie, Me Valayden a expliqué que la cour ne doit pas imposer la sentence maximale car le délit n’était pas planifié. « They only planned to steal and attack people », a soutenu l’avocat. Il a expliqué que les accusés ont grandi dans un environnement difficile à Bois-Marchand et qu’ils sont souvent victimes du peer pressure. « Not a member of their families is here today in Court ! » a déclaré l’avocat pour montrer la condition des accusés.
Jean-Claude Nampoongah est défendu par Me Yannick Fok. Mes Rama Valayden et Samoorgum Tirvassen assurent la défense de Lee Marvin Raymond et Vijay Naran a retenu les services de Me Manish Gobin. Les deux frères Vaillant sont représentés par Me Anjali Jhowry-Lallah.
Jean-Claude Nampoongah, Jonathan Vaillant et Steeve Vaillant ne sont pas à leur première comparution devant la justice. Ils ont été trouvés coupables d’avoir tué un travailleur chinois à Maurice par la Cour intermédiaire. La juge Saheeda Peeroo décidera de leur avenir demain. La législation prévoit 30 ans pour ce genre de délit à l’époque où il a été commis.