Accusé devant la Cour d’assises pour l’assassinat de Rakesh Bhuruth, Hemraj Ramsurrun a vu sa charge requalifiée en homicide après avoir plaidé coupable. Il a avoué avoir battu à mort la victime le 29 décembre 2004 à Amaury à Rivière-du-Rempart. Le verdict est tombé : la juge Saheeda Peeroo l’a condamné à 16 ans de servitude pénale se basant sur la loi de 2003.
Hemraj Ramsurrun, qui a plaidé coupable du meurtre de Rakesh Bhuruth, s’est présenté ce matin devant la Cour d’assises pour entendre la sentence de la juge Saheeda Peeroo.
Seule instance habilitée à écouter ce genre de cas, la Cour d’assises s’est prononcée sur le sort de Hemraj Ramsurrun. Il devra passer les 16 prochaines années en réclusion criminelle. L’accusé était poursuivi par le directeur des poursuites publiques (DPP) devant l’instance criminelle de la Cour suprême pour manslaughter (NdlR : homicide) sous les articles 215 et 223 du Code criminel. La juge Saheeda Peeroo a déclaré que l’accusé a « savagely beaten » Rakesh Bhuruth.
La poursuite, menée par Me Rashid Ahmine (Senior Assistant DPP), a accordé au meurtier présumé une réduction de charge sous les articles 216, 217 et 222 du Code criminel après avoir plaidé coupable. C’est Hemraj Ramsurrun qui a donné le coup fatal à Rakesh Bhuruth au cours d’une bagarre. L’accusé et son frère Nirmal ainsi que Kissun Aubeeluck ont tabassé la victime avant de la traîner dans un champ de canne à sucre. Rakesh Bhuruth était étendu sur le sol tout en sang quand l’accusé a saisi une pierre pour lui fracasser le crâne.
Kissun Aubeeluck lui aurait demandé d’arrêter mais dans un excès de rage et de colère, Hemraj Ramsurrun avoue avoir « pil sa ros-la lor so latet ». Le rapport du médecin légiste, le Dr Amah Charya Gujjalu, a attribué la cause du décès à une fracture du crâne avec une hémorragie cérébrale. Après la présentation de l’affaire par le ministère public, l’accusé a présenté ses excuses à la famille de la victime. Il a déclaré regretter ce qui s’est passé.
Les trois hommes ne s’entendaient pas avec la victime. L’avocat du prévenu Me Rex Stephen a expliqué que l’irréparable s’est produit dans un excès de colère. Dans sa plaidoirie, la défense a souligné la prise en compte de quelques points à l’intention de la juge Saheeda Peeroo au moment de la sentence. L’homme de loi a évoqué la relation conflictuelle qui perdurait entre son client et la victime et le délai entre les conclusions de l’enquête préliminaire et le moment où l’affaire a été logée par le DPP devant les assises. Me Rex Stephen a également mis l’accent sur le jeune âge (22 ans) de Hemraj Ramsurrun au moment des faits.
Le procès de Nirmal Ramsurrun et Kissun Aubeeluck a été déféré devant l’instance criminelle de la cour intermédiaire. Ils devraient être poursuivis pour wounds and blows causing death without intention to kill sous la loi criminelle. Ils sont respectivement représentés par Me Veda Balamoody et le Senior Counsel Gavin Glover.
Selon la version de la poursuite, les trois accusés ont, le 29 décembre 2004 à Amaury à Rivière-du-Rempart, passé à tabac Rakesh Bhuruth avant de le traîner dans un champ de canne. La victime était sortie à bicyclette pour s’acheter des cigarettes à la boutique du coin pour ne jamais plus revenir. C’est aux alentours de 21 h 30 que Hemraj Ramsurrun aurait porté le coup fatal à la victime. Dans sa déposition à la police, il devait dire que « monn lev enn ros pou mo al pil sa lor so latet me lerla Kissun dir mwa pa fer sa… Me koler la finn repran ek monn pil sa lor so latet ».
Rakesh Bhuruth était déjà au sol dans un piteux état quand Hemraj a décidé de lui fracasser le crâne avec une pierre.