Alors que le verdict dans le procès intenté à la Française Aurore Gros-Coissy et Giantee Ramchurn était attendu hier en Cour d’assises, le juge Bobby Madhub a indiqué à la Cour que le jugement n’était pas prêt et serait rendu à une date ultérieure. La presse française ainsi qu’une délégation de l’ambassade de France avait fait le déplacement hier matin pour prendre connaissance du verdict du procès d’Aurore Gros-Coissy qui est en détention depuis le 22 août 2011. Aurore Gros-Coissy a été arrêtée à l’aéroport SSR en possession de 1 680 cachets de Subutex. La jeune Française, originaire de Saint-Romain-de-Popey, une petite commune du Rhône, maintient qu’elle n’était pas au courant de la présence de Subutex dans ses bagages. Elle aurait été piégée par un ami de la famille, Tinsley Cornell, qui aurait dissimulé les cachets dans deux paquets de biscuits destinés à sa mère, chez laquelle elle devait séjourner à Maurice. Lors de son contre-interrogatoire, Aurore Gros Coissy a affirmé avoir laissé sa valise à Tinsley Cornell alors qu’elle se trouvait encore à Paris – le temps qu’elle s’achète un maillot de bain –, lui laissant ainsi le temps d’y mettre des cadeaux destinés à sa mère, Giantee Ramchurn. Selon la Française, l’homme avait ensuite fermé sa valise à clé. Et d’affirmer qu’elle ne l’avait plus ouverte avant de prendre l’avion. Lors de sa plaidoirie, la Poursuite est revenue sur la découverte de la drogue à l’aéroport et l’arrestation de la Française. Me Asha Ramano-Egan a indiqué qu’il était un fait indéniable que la drogue avait été retrouvée dans les bagages de l’accusée. S’attardant sur l’élément de « knowledge » dans cette affaire, la Poursuite a soutenu qu’il était « improbable qu’une personne intelligente comme l’accusée ait pu faire confiance aveuglément » à une personne avec qui elle venait seulement de renouer après cinq ans.