Le procès intenté à Indraduth Mohit pour le meurtre de Dharmanand Ruttan s’est ouvert aux Assises ce matin devant le juge Prithviraj Fekna. Alors qu’un nouveau panel de jurés devra être constitué dans le cadre de cette affaire, la défense menée par Me Sanjeev Teeluckdharry et Ravi Rutnah compte soulever un point de droit pour contester les procédures adoptées dans la constitution de ce panel. Me Teeluckdharry estime que la liste des jurés « n’est pas une représentation équitable des divers segments de la population » .
Dans l’affaire du meurtre de Dharmanand Ruttan, le juge Benjamin Marie Joseph avait en juin 2015 ordonné la constitution d’un nouveau jury. Cela suite à l’incident survenu en Cour d’Assises où un juré avait informé le tribunal que l’accusé Indraduth Mohit l’avait approché. Dans son « ruling » rendu le 25 mai 2015, le juge Benjamin Marie-Joseph avait statué que le procès ne pourrait continuer à ce stade vu qu’il n’y aurait pas de « fair trial ».
Ainsi, le procès s’est ouvert ce matin et avant que la sélection des jurés soit entamée, les avocats de la défense ont logé une motion contestant la liste des jurés. Selon Me Teeluckdharry, cette liste « is not a fair representation of the cross section of the mauritian society ». L’homme de loi devait faire ressortir que la liste de jurés est principalement composée de fonctionnaires, alors que les autres parties de la population « n’ont pas été incluses ». Les débats devaient avoir lieu dans l’après-midi.
Rappelons qu’Indraduth Mohit, qui affirme dans ses dépositions avoir fait face à une foule hostile, compte plaider la légitime défense. Ce bijoutier habitant Sébastopol est accusé d’avoir mortellement poignardé Dharmanand Ruttan le 11 mars 2007 lors d’une altercation dans l’enceinte du poste de police de Montagne-Blanche. La victime de 49 ans comptait dénoncer deux frères qu’il soupçonnait d’avoir incendié son véhicule.
Selon la police, Indraduth Mohit, accompagné d’autres personnes, avait débarqué dans un 4×4 dans l’enceinte du poste de police, avant de s’approcher de Ruttan et de le poignarder à l’abdomen. Cette histoire aurait pour toile de fond un différend sur la relation entre la fille de Dharmanand Ruttan, Pooja, et Kishan Mohit. À la police, Indraduth Mohit avait expliqué que la victime avait agressé sa mère et lui-même, et qu’il avait porté plainte. Depuis cet incident, Dharmanand Ruttan n’aurait cessé d’importuner sa famille.
Ce jour-là, alors qu’Indraduth Mohit aurait appris que le véhicule de Dharmanand Ruttan avait été incendié, il aurait téléphoné à son frère, Kishan Mohit, pour lui demander de rentrer à la maison de peur que Dharmanand Ruttan ne vienne lui chercher noise. Selon Indraduth Mohit, il venait à peine de rentrer chez lui quand la police serait venue arrêter son frère, soupçonné d’avoir incendié le véhicule de la victime.
Lorsque Indraduth Mohit arriva au poste de police de Montagne-Blanche en compagnie de deux autres personnes, une foule qui s’était déjà regroupée dans la cour, se serait approchée d’eux et aurait commencé à les agresser. Indraduth Mohit s’était alors saisi du couteau de son ami et l’aurait lancé vers Dharmanand Ruttan « pour se défendre », avait-il relaté à la police. « Bann lezot dimounn ti bien ankoler koumadir zot ti pou touy mwa, mo ti bien per sa ler la e mo finn kontinie defann mwa ek sa kouto-la », avait déclaré Indraduth Mohit.