Trouvé coupable mardi par la Cour d’assises du meurtre de son beau-fils O’Brian Larose, qui était âgé de 24 ans, Jean-Claude Kell a été condamné hier par la juge Devianee Beesoondoyal à purger une peine de dix ans d’emprisonnement. L’homme était poursuivi sous une charge réduite de “wounds and blows without intention to kill”. Le 16 novembre 2010, Jean-Claude Kell, âgé de 51 ans, a tué son beau-fils d’un coup de couteau pour avoir arraché deux plantes de piments qu’il cultivait dans son jardin. En prononçant sa sentence, la Cour a une fois de plus attiré l’attention sur la recrudescence des crimes liés à l’alcool et au « besoin de punir ».
En prononçant sa sentence, la magistrate est revenue sur le procès et les circonstances dans lesquelles Jean-Claude Kell avait mortellement agressé son beau-fils. « The serious nature of the wounds shows the violence with which the blow was inflicted », a souligné la juge. Bien que l’accusé avait dit « regretter » son acte et présenté ses excuses en cour, la magistrate a indiqué que le tribunal « ne peut fermer les yeux sur le fait qu’une personne ait perdu la vie dans des circonstances aussi dramatiques ». Poursuivant, elle a attiré l’attention sur la prévalence des crimes liés à l’alcool et sur la nécessité « de punir ».
Jean-Claude Kell écope ainsi de dix ans de prison. Le temps qu’il a passé en “remand” sera déduit de sa peine. La Cour d’assises a écouté mardi le procès intenté à Jean-Claude Kell, un peintre en bâtiment, âgé de 51 ans au moment des faits. Initialement poursuivi pour “manslaughter”, Jean-Claude Kell a vu sa charge réduite à celle de “wounds and blows without intention to kill” après que l’accusé ait plaidé coupable.
Après s’être séparé de sa femme en 1995, Jean-Claude Kell vivait en concubinage avec Marie-Anne Larose, qui avait déjà trois fils et deux filles d’un premier mariage. Deux des trois fils étant en prison et les filles étant mariées, Jean-Claude Kell et Marie-Anne Larose vivaient avec le troisième fils, O’Brian Larose, dans une maison à Plaisance, Rose-Hill. La victime, alors âgée de 24 ans, travaillait comme animateur dans les hôtels. Dans sa déposition à la police, l’accusé avait indiqué qu’il n’avait jamais eu de problèmes avec la victime, bien que cette dernière devenait souvent désagréable après avoir consommé de l’alcool. Le 16 novembre 2010, Jean-Claude Kell n’était pas parti travailler. Il s’était rendu à la plage d’Albion en compagnie de son beau-fils et de son gendre, le boxeur Bruno Julie. Ils étaient rentrés vers 13 h, mais O’Brian Larose devait revenir une heure une plus tard avec une bouteille de bière à la main. Celui-ci l’aurait invité à prendre un verre, invitation qu’il devait décliner. C’est à ce moment qu’O’Brian Larose serait sorti et se serait dirigé vers le potager, où il a commencé à arracher les plantes de piments. « Li dir mwa pa pima sa, lerb sa, bizin rase », a déclaré l’accusé dans sa déposition. Vert de rage, Jean-Claude Kell s’est dirigé vers la cuisine pour y prendre un couteau et poignarder son beau-fils dans le dos. La victime est décédée peu de temps après à l’hôpital. L’accusé avait réclamé la clémence de la cour, évoquant ses « regrets » pour ce qui s’était passé et le fait que la mort de son beau-fils le « hantait jour et nuit ».