Le nouveau procès intenté à l’Ougandais Robert Dzitse pour trafic de drogue s’est poursuivi hier devant le juge Abdurafeek Hamuth aux Assises. P. Teeluckdharry, qui avait procédé à une nouvelle analyse de la drogue saisie, a été appelée à la barre des témoins. La poursuite, menée par Me Raj Baungally, l’a longuement interrogée sur les étapes de cet exercice. À noter que Me Rama Valayden, avocat de l’Ougandais, a logé une motion d’arrêt de poursuites et évoque une disparité quant à la quantité de drogue relevée dans le premier rapport du FSL et celle de celui rédigé en février de cette année.
Se présentant, l’experte du Forensic Science Laboratory (FSL) devait rappeler qu’elle détient un Master en Forensic Toxicology de l’Écosse et qu’elle a rejoint le FSL en 2012, où elle est spécialisée dans l’analyse des drogues. Poursuivant, elle a expliqué avoir reçu une boîte scellée pour des besoins d’une nouvelle analyse, qu’elle a pratiquée seule, précisant que cet exercice aura duré du 23 janvier au 2 février. Et c’est le 13 février qu’elle a soumis son rapport. Répondant aux questions de Me Baungally, P. Teeluckdharry est revenue sur les différentes étapes de son analyse. Elle devait ainsi expliquer que la drogue avait d’abord été pesée avant que des échantillons soient prélevés pour analyses.
Rappelons qu’à l’ouverture du procès lundi, Me Rama Valayden avait  logé une motion de “stay of proceedings”, justifiant sa demande par le fait que le deuxième rapport du FSL sur la drogue saisie, rédigé en février de cette année, était « différent » de celui réalisé la première fois. Me Valayden devait ainsi faire ressortir que la quantité de drogue saisie avait augmenté alors que le nombre de “pellets”, lui, avait diminué. L’homme de loi estime dès lors que les droits constitutionnels de son client « ont été bafoués ». Pour soutenir sa motion, Me Rama Valayden devait faire ressortir que la première analyse effectuée démontrait que la quantité de drogue saisie le 17 octobre 2008 était de 764,6 g alors que le nouveau rapport, rédigé en février 2017, faisait état de 767,90 g. Me Valayden dit dès lors s’interroger sur cette augmentation, et ce alors que le nombre de “pellets” saisis, lui, qui était de 40 dans le premier rapport, n’était plus que de 24 dans le second rapport.
Rappelons que le 26 juin dernier, le Full Bench de la Cour d’appel, composé du chef juge Keshoe Parsad Matadeen et des juges Asraf Caunhye et Gaytree Jugessur-Manna, avait annulé la condamnation et la sentence de 35 ans de prison contre Robert Dzitse. Le Full Bench avait ordonné un nouveau procès devant un nouveau bench. La défense avait, lors du procès en appel, contesté « l’admissibilité du rapport » mais l’auteur de celui-ci étant décédé, elle n’avait pu le contre-interroger.
L’appel avait été entendu le 16 juillet 2015. Robert Dzitse avait été trouvé coupable le 16 novembre 2013 aux Assises d’avoir remis 764,4 g d’héroïne à John Paul Jhureea le 17 octobre 2008 sur le campus de l’Université de Maurice. Le juge Prithiviraj Fekna l’avait alors condamné à 35 ans de prison. L’inspecteur Valaydon, de l’ADSU, était en surveillance sur le campus quand il avait remarqué une voiture suivie par un taxi. Lorsque les deux véhicules se sont arrêtés, l’Ougandais est descendu du taxi pour remettre un colis à John Paul Jhureea. Les deux hommes avaient ensuite regagné leur véhicule. L’inspecteur Valaydon et ses hommes avaient par la suite intercepté la voiture privée à bord de laquelle ils ont saisi un colis contenant 40 “pellets”.