La juge Nirmala Devat a infligé hier au Sud-Africain Pieter Hendrick Gouws, reconnu coupable d’importation de drogue devant les Assises, une peine de prison de 25 ans. Ce dernier avait été arrêté à son arrivée à l’aéroport SSR en juin 2013 avec 500 g d’héroïne, d’une valeur marchande de Rs 7,5 millions. Il aura aussi à s’acquitter d’une amende de Rs 100 000.
Le passeur Pieter Hendrick Gouws avait été arrêté à son arrivée à l’aéroport SSR en juin 2013 avec 500 g d’héroïne, d’une valeur marchande de Rs 7,5 millions.  L’exercice de “control delivery” monté le lendemain de son arrestation avait débouché sur l’arrestation de deux contacts locaux venus prendre livraison de la drogue, dont le trafiquant Koumaren Arekin, qui a été condamné à 20 ans de prison. De par sa démarche suspecte, et suite à un exercice de “profiling” des enquêteurs de l’ADSU et de la douane, Pieter Andriand Hendrick Gouws, habitant Cape Town et âgé d’une quarantaine d’années, avait été soumis à un interrogatoire serré et fini par avouer que, peu de temps avant d’embarquer pour Maurice, à Cape Town, il avait avalé 71 boulettes de drogue. Le Sud-Africain devait également dévoiler l’identité du ressortissant tanzanien qui l’avait approché pour transporter la drogue tout en donnant des indications sur les instructions à suivre en vue de prendre contact avec le destinataire de l’héroïne. Après des échanges téléphoniques, deux ressortissants mauriciens – Koumaren Arekin, 36 ans, et Ivan Sadien, un plombier de 29 ans, tous deux habitants Cité Mangalkhan – devaient se présenter comme prévu avant d’être immédiatement appréhendés par l’ADSU.
Dans son arrêt, la juge Nirmala Devat a statué que l’élément de connaissance de cause a été établi. Avant de rendre sa sentence, la juge a pris en considération les facteurs atténuants jouant en faveur de l’accusé, notamment que, depuis le décès de sa femme, en 2009, ce dernier – qui avait un casier judiciaire vierge – avait perdu son travail et vivait sans domicile fixe, mais aussi qu’il a deux filles dont il ne pouvait plus subvenir aux besoins. Le Sud-Africain avait « accepté » d’avaler ces boulettes de drogue pour les purger à Maurice, « tenté par la promesse d’un avenir meilleur ». La juge a aussi tenu en compte le fait qu’il ait coopéré avec la police afin d’aider cette dernière à mettre la main sur ses contacts locaux. Jugeant de la gravité du délit, qualifié par la juge de « well-organised crime », en dissimulant ces 71 boulettes de drogue dans son corps pour échapper à la douane, la juge lui a malgré tout infligé une peine de 25 ans de prison et une amende de Rs 100 000.
Le Sud-Africain était initialement poursuivi aux côtés de Koumaren Arekin, qui a été poursuivi dans un procès séparé pour trafic de drogue. Après avoir pris connaissance de sa sentence, le Sud-Africain a fait une déclaration en cour, disant craindre pour sa sécurité s’il devait être transféré à la prison de Melrose, où se trouve Arekin. L’officier de police à sa charge a expliqué que, pour l’heure, il sera incarcéré à la New Wing de la prison de Beau-Bassin. La poursuite a indiqué qu’une lettre sera envoyée aux autorités pénitentiaires pour veiller à ce que les deux hommes ne soient pas incarcérés dans la même prison.