La sentence de la passeuse malgache Nirina Razafimanantsoa, qui a plaidé coupable d’importation de drogue devant le juge Benjamin Marie Joseph, sera connue le mardi 12 février. Elle avait été arrêtée en 2009 avec 97 boulettes d’héroïne d’une valeur de Rs 7 millions.
Nirina Razafimanantsoa est actuellement inculpée devant la Cour d’assises pour avoir fait passer de la drogue à Maurice le 12 juin 2009. Elle avait ingurgité 451 grammes d’héroïne dans 97 boulettes avant de faire le voyage de la Grande île. La drogue saisie par les éléments de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) a été évaluée à quelque Rs 6,7 millions. Comparaissant lundi devant le juge Benjamin Marie Joseph, la passeuse malgache a plaidé coupable à l’accusation. Elle est représentée par Me Neelkanth Dulloo.
La brigade antidrogue avait suivi la jeune femme jusqu’à un hôtel à Rose-Hill. Des limiers avaient alors fouillé sa chambre et sa valise. Ils devaient découvrir une quarantaine de boulettes et de l’argent malgache et mauricien. Le reste des boulettes d’héroïne n’avait pas encore été régurgité.
Selon les circonstances de l’affaire, le ministère public considère Nirina Razafimanantsoa comme une trafiquante de drogue. Elle risque 60 ans de servitude pénale et une amende allant jusqu’à Rs 2 millions.
Pendant l’interrogatoire dans les locaux de la brigade antidrogue, la jeune femme a tout déballé. Elle a dit avoir été menacée par les personnes qui lui ont donné la drogue, précisant qu’elle avait peur pour sa vie.
Nirina Razafimanantsoa a été conduite à l’hôpital de Candos où elle a été examinée par un membre du département médico-légal de la police. Elle a ensuite régurgité le reste des boulettes d’héroïne, soit une cinquantaine.
La Malgache a également participé à l’exercice de livraison surveillée organisé par l’ADSU. Les policiers voulaient ainsi épingler le contact mauricien, mais celui n’était jamais venu récupérer la drogue.