Poursuivi devant la Cour d’assises pour l’assassinat de Rakesh Bhuruth, Hemraj Ramsurrun a vu la charge de « murder » qui pesait contre lui requalifiée en « manslaughter » après avoir plaidé coupable. L’accusé a présenté ses excuses et son avocat Me Rex Stephen a fait une plaidoirie pour solliciter l’indulgence de la cour. La juge Saheeda Peeroo fera part de sa décision à une date ultérieure.
Le directeur des poursuites publiques intente en ce moment un procès à Hemraj Ramsurrun devant la chambre criminelle de la Cour suprême pour manslaughter (NdlR : homicide volontaire) sous les articles 215 et 223 du Code criminel. La charge initiale d’assassinat sous les articles 216, 217 et 222 de la loi criminelle ayant été requalifiée. Le prévenu est accusé d’avoir tué Rakesh Bhuruth le 29 décembre 2004 à Amaury.
Hemraj Ramsurrun a déclaré à la cour qu’il regrettait son geste et a présenté ses excuses à la famille de la victime. Dans son plaidoyer, son avocat Me Rex Stephen a rappelé qu’il y a plusieurs points qui méritent d’être examinés pour déterminer la sentence. La défense a expliqué la relation tendue entre l’accusé et la victime et l’irréparable qui s’est produit dans un excès de colère. Il a soutenu que son client a plaidé coupable dès le début du procès et a coopéré avec les enquêteurs.
La défense a également évoqué le « delay » entre la fin de l’enquête préliminaire, où il a été « committed to the Assizes » et quand l’affaire a été logée devant l’instance criminelle de la Cour suprême en octobre 2010. « There is an unexplained delay of five years between the findings of the learned magistrate and the lodging of the case and seven years from the day of the occurate », a soutenu Me Rex Stephen. Et d’ajouter que son client « is living with a Sword of Damocles on his head » depuis sept ans.
Le représentant du ministère public Me Rashid Ahmine (Senior Assistant DPP) a fait un bref réquisitoire. Il a indiqué que le problème du délai ne doit pas être un facteur décisif dans la détermination de la sentence. « The court cannot rely on this point », a déclaré l’avocat de la poursuite. Quant à Nirmal Ramsurrun (frère de Hemraj) et Kissun Aubeeluck, ils seront déférés devant la cour intermédiaire. Ils sont respectivement représentés par Mes Veda Balamoody et le Senior Counsel Gavin Glover. Ils devraient être poursuivis pour wounds and blows causing death without intention to kill sous le Code criminel.
Selon l’acte d’accusation, le 29 décembre 2004 à Amaury, les trois accusés ont tabassé Rakesh Bhuruth et l’ont traîné dans un champ de cannes. C’est aux alentours de 21 h 30 que Hemraj Ramsurrun aurait porté le coup fatal à la victime. Dans sa déposition à la police, l’accusé a dit que « monn lev enn ros pou mo al pil sa lor so latet me lerla Kissun dir mwa pa fer sa… Me koler la finn repran ek monn pil sa lor so latet ».
Le jeune homme était déjà au sol et saignait quand Hemraj a décidé de lui jeter une pierre en pleine face. Le rapport du médecin légiste, le Dr Amah Charya Gujjalu, a attribué la cause du décès à une fracture du crâne avec hémorragie cérébrale.