Cette année encore, l’Association Couleur Chamarel remet ça ! Le jeudi 24 novembre, les élèves de quatre écoles maternelles (deux de la Gaulette, une de Petite-Rivière et une quatrième de La Ferme, Bambous) recevront des animateurs de cette association, des livres, des cadeaux et du matériel scolaire au Centre social de Bambous. Une opération similaire est aussi prévue le lundi 28 novembre, cette fois-ci à l’intention des petits élèves des écoles maternelles du village de Pointe-aux-Piments au Centre social de la localité.
« Après une remise officielle de livres et autres petits cadeaux aux écoles maternelles de la région de Rivière-des-Anguilles en décembre de l’année dernière, cette fois-ci c’est environ 500 livres neufs d’éveil, des cadeaux et d’autres matériels scolaires que nous allons distribuer à quatre écoles maternelles de l’île Maurice : deux de la Gaulette, une de Petite-Rivière et une quatrième de La Ferme, Bambous, le jeudi 24 novembre au Centre social de Bambous, et il y aura une seconde distribution, cette fois-ci, aux maternelles de la région de Pointe-aux-Piments, le lundi 28 novembre au centre social du village », explique le président de l’Association Couleur Chamarel, Jacques Rozec.
Si Jacques Rozec se dit heureux de pouvoir assister à la cérémonie du 24 novembre, il dit cependent regretter de ne pouvoir être présent à celle du lundi 28 novembre, parce qu’il aura entretemps déjà quitté le pays pour regagner sa France natale. « Cette remise de livres à Pointe-aux-Piments sera conduite par la secrétaire de l’association, Madame Kattia Baker », précise-t-il.
Si l’Association Couleur Chamarel a été créée en 2009, ce n’est qu’en 2010 qu’elle a vraiment commencé ses activités, précise son président. « Dans le cadre d’un projet nommé “Éveil des enfants de maternelle à l’île Maurice”, nous avons transporté en décembre 2010, par nos propres moyens, 200 livres neufs et des fournitures scolaires à destination de deux écoles maternelles de Rivière-des-Anguilles », indique-t-il.
Selon Jacques Rozec, la remise des livres aux petits élèves du Sud a été un réel succès, et a même été relayé par la presse mauricienne. « Mais notre plus belle récompense, nous l’avons trouvée dans les yeux de ces petits enfants qui ne cachaient pas leur émerveillement ! », se félicite-t-il encore. « Notre objectif est de mener des actions à caractère social, en matière d’éducation et de santé envers les plus démunis, notamment les enfants, ceux vivant dans de petits villages », souligne-t-il.
« Grâce à notre correspondante à l’île Maurice, nos recherches se sont poursuivies et nous ont conduit cette année vers des écoles maternelles de la Ferme, à Bambous, la Gaulette, Petite Rivière-Noire et Pointe-aux-Piments », précise le président de l’Association Couleur Chamarel pour expliquer la remise des livres cette année aux élèves de ces villages.
« Nous avons eu l’extraordinaire surprise de voir deux jeunes étudiantes mauriciennes cibler notre association et organiser, pour nous spontanément, une levée de fonds le 3 juin 2011 sous la forme d’une soirée dinatoire, avec défilé de mode, au Caudan Waterfront », raconte Jacques Rozec.
Ainsi, avec les fonds réunis en France, l’Association Couleur Chamarel réitère une opération similaire cette année en prévoyant de remettre près de 500 livres neufs et des petits cadeaux aux enfants, poursuit le président.
Cette opération se cadre dans le droit fil de la promotion de l’amitié franco-mauricienne, estime Jacques Rozec. « Couleur Chamarel a vocation à fédérer une large part de la communauté mauricienne en France, et à réunir les nombreux Français pour qui l’île Maurice est leur pays de coeur. Il nous a paru normal que les Mauriciens se rassemblent et se mobilisent pour aider certains de leurs compatriotes qui ont le plus de besoins.
De même, nous trouvons normal que les Français, qui apprécient leurs séjours touristiques et l’accueil qui leur est fait à Maurice, pensent un peu à ceux qui, en dehors des hôtels, bien que vivant sur une île paradisiaque, éprouvent certaines difficultés.
Notre ambition n’est pas de faire de l’humanitaire comme on peut le pratiquer envers certains pays dont les besoins sont autrement plus évidents », élabore-t-il.
Selon Jacques Rozec, l’originalité de leur démarche c’est l’organisation d’une relation équilibrée entre nos deux pays, en portant des projets sociaux au bénéfice de l’île Maurice, et parallèlement en encourageant la découverte de la culture mauricienne en France. « Nous avons des choses à apporter à l’île Maurice, mais l’île Maurice aussi nous apporte des choses », précise-t-il.