Les années passent…et se ressemblent pour l’association mauricienne de volley-ball. Une nouvelle fois encore cette année, cette fédération se retrouve dans le hit parade des Fédérations 2012, en raison des efforts des volleyeurs comme toujours et pas autrement. Comment ne pas mentionner la belle prestation des beach-volleyeuses, Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo. Cette paire, qui s’est qualifiée pour les Jeux Olympiques de Londres, a fait honneur au pays, car même si elles ont pris la dernière place de leur groupe avec trois défaites d’affilée, c’est la première fois que Maurice est représentée dans cette discipline sportive au JO. Et c’est tout à leur honneur. Natacha Rigobert a également été le porte-drapeau et la capitaine de la sélection mauricienne lors de ce grand rendez-vous. Comment ne pas féliciter l’équipe féminine championne de Maurice d’Azur SC et du Camp Ithier Faucon Flacq VBC (champion de Maurice) en masculin. L’équipe flacquoise est une nouvelle fois montée sur la deuxième marche du podium lors de la Coupe des Clubs Champions de la zone 7. Dans cette optique, tirons notre chapeau très bas devant la performance de ces équipes.
Il faut également mentionner la belle initiatitive cette année du Port-Louis Red Star qui a lancé son académie. Une cinquantaine de jeunes de pas plus de 12 ans ont ainsi intégré l’Académie de la capitale, qui insiste sur sa politique de formation. De bon augure pour la suite. Sous l’ère Teeroovengadum, ce n’est un secret pour personne que l’AMVB a connu une mauvaise gestion. Les années passent et se ressemblent au sein de l’AMVB avec une gestion qui ressemble ni plus ni moins qu’à de l’amateurisme pur et simple. Et cette année, ça n’a pas dérogé à la règle. Nombreuses sont  les actions incongrues qui ont été  notées au sein de la fédération cette année. A commencer par le président lui-même qui semble ne plus savoir qu’elle club il représente. Par contre, pour ce qui est de ses voyages, et Dieu sait qu’ils ont été nombreux cette année, en compagnie de son incontournable secrétaire général, Jean-Michel Dedans c’est réglé comme du papier à musique.
Entre mauvaise gestion, calendrier retardé, forfaits et dictature, le volley-ball mauricien est servi  par une équipe  dont il faut bien se débarrasser. D’autant plus que le nombre insuffisant d’arbitres et l’absence des commissaires de match continuent encore d’être déplorés cette année. Il est aussi à noter que l’AMVB n’a pas le quorum nécessaire pour organiser ses réunions et le délai légal pour organiser d’autres élections n’avaient pas été respectées.  
Pour sa part, Naz Teeroovengadum est, lui, en campagne ouverte contre ses frères Kaysee et Bharun. L’assemblée générale élective du 27 décembre (ce jeudi) risque fort bien d’être la plus grosse parodie de l’histoire du sport mauricien. Le plus grave dans l’histoire c’est que personne ne semble vouloir bouger le petit doigt. Même pas le ministère de la Jeunesse et des Sports.