Animant une rencontre avec la presse aujourd’hui au centre social Marie Reine de la Paix, à Port-Louis, les animateurs de l’association socioculturelle Rastafari ont parlé de leur premier lieu spirituel, le « Nyahbinghi Tabernacle », situé au Triangle, à Chamarel, et de leur procès les opposant à La Case Noyale Ltd ainsi que le droit à la consommation de cannabis dans leur rituel.
« Mo mesaz au Premie minis sir Anerood Jugnauth, ki li mem enn saz, kouma mwa mo enn aine dan mo kominote. Li kler ki si ena ann bann zen ki finn fer kiksoz ki na pa bon, le pardon li enn gran zafer sa. Nou kapav konpran lerer bann zen, nou kapav konpran debordman bann zen, sirtou kan zot trouve ki zot kiltir pe oprime. » Tel est le message que Ras Tempest (Daniel Babet) a lancé ce midi au centre social Marie Reine de la Paix, Port-Louis, au Premier ministre.
Lors de cette rencontre avec la presse, Ras Tempest a commenté entre autres le récent incident au Jardin de la Compagnie durant lequel certains rastas ont fumé du cannabis en public et qui leur a valu d’être brutalement interpellé par la police. « Nou demann le Premie minis sir Anerood Jugnauth pa tourn ledo ar Rasta. Donn nou lokasion nou osi particip dan mirak ki li pe rod amene. Nou ossi nou kapav ena nou participasion ladan », a insisté Ras Tempest. À ses côtés se trouvent José Rose, président, et d’autres membres de la communauté rasta, membres de l’association socioculturelle Rastafari.
Élaborant sur leur culte de « Nyahbinghi » (au cours duquel le cannabis est consommé), Ras Tempest a expliqué qu’il s’agit d’une « très vieille tradition secrète africaine qui éveille la divinité » dans l’homme africain. « Aujourd’hui, c’est un cri de guerre contre l’impérialisme, contre le colonialisme et contre le capitalisme. Me zordi, nou pe ankor sibir parski la kiltir afrikin na pa inskri dan nou Konstitisyon. Kreol afrikin trouv-li dan enn kominote ki apel popilasion zeneral ki na pa ena kiltir, ki kontrerman a lezot komino indou, mizilman ek sinwa, ena zot kiltir ek relizion ki rekonet dan Konstitision », a-t-il élaboré. « Nou kiltir afrikin, nou retouv li dan mouvman rastafari, ki enn relizion ki ena so kult sakre, le “Nyahbinghi” », a-t-il ajouté, avant d’insister : « Nou demann zis ki rekonet ek respekte nou kiltir e nou relizyon. »
Faisant pour sa part l’historique du procès que leur intente La Case Noyale Ltd pour les déloger du lieu-dit Le Triangle, à Chamarel, José Rose a affirmé que cet endroit est « le dernier vestige du dernier refuge des esclaves marrons » à Maurice. Les membres de l’association socioculturelle Rastafari, a-t-il indiqué, occupe ce terrain depuis plus de 30 ans et leurs ancêtres y sont installés depuis plus de 200 ans. « Kan eski esklav maron ti ena papie pou prouve ki later ki li okipe-la pou li ? Par kontr, nou kone ki bann desandan kolon ena preske tou bann later ki dan Chamarel. Kouma zot finn gagn sa ? » s’est-il interrogé.
Le porte-parole des rastas a estimé que leurs tracasseries légales ont commencé quand ils ont fait installer, au début de l’année, un panneau indiquant que leur « Nyahbinglhi Tabernacle » s’y trouve et que La Case Noyale Ltd leur a intenté un procès pour qu’ils partent. « Le Triangle, à Chamarel, haut lieu du marronnage, est pour nous le premier lieu spirituel africain, parce que nos ancêtres s’y sont réfugiés fuyant les colons. C’est pourquoi nous y installons notre “Nyahbinglhi Tabernacle”, qui comprend le terme biblique “Tabernacle”, pour dire combien est sacré pour nous, les rastafaris, ce lieu de haute spiritualité. C’est pour cela que nous sommes confiants que les autorités politiques, sociales et la justice trouveront une solution juste pour nous. Nous estimons que l’heure de la réparation et de la restitution a sonné et qu’une solution est possible pour que nous puissions garder ce petit bout de terrain, qui a pour nous une haute signification spirituelle », a-t-il lancé.
Abordant la question de la légalisation ou de la dépénalisation du cannabis, José Rose a expliqué que ce n’est pas le combat de l’association socioculturelle rastafari. « Nous n’avons jamais demandé de légaliser ou de dépénaliser le cannabis dans l’île. Les rastas demandent qu’on respecte leur droit à la culture et à la consommation du cannabis pour ses rituels, comme c’est le cas dans certains pays, comme l’Inde par exemple », a-t-il expliqué. « Nous respectons les lois et le peu qu’on demande, c’est le respect de notre culture, de notre religion et de notre droit à la culture et à la consommation de cannabis pour nos rituels », a-t-il ajouté.