Hier, les catholiques ont célébré une des plus grandes fêtes religieuses dédiées à Marie, la mère de Jésus. L’Assomption rappelle le jour où Marie monta au ciel, sans connaître la décomposition physique suivant la mort. Le mot Assomption provient du verbe latin assumere qui signifie « prendre », « enlever ». Comme à l’accoutumée, nombreux sont les fidèles de foi catholique à Maurice et dans le monde à se rendre à la messe mariale célébrée dans toutes les paroisses en cette occasion.
La fête de l’Assomption est, pour les catholiques, une occasion de prière, de méditation et de rassemblement. Plusieurs messes spéciales dédiées à Marie ont été célébrées à travers les paroisses. La tradition veut qu’après avoir assisté à la messe de l’Assomption, le traditionnel « gâteau Marie » est coupé en famille et partagé avec les voisins et amis. Nappé de crème bleue et décoré d’une statuette en sucre à l’effigie de la Vierge, l’incontournable gâteau est une tradition populaire à Maurice.
Chez les Tombé, à Mahébourg, c’est une tradition annuelle d’aller à la messe du matin et de déjeuner en famille au retour. « Les enfants et les petits-enfants sont venus chez nous pour le déjeuner. Et comme chaque année, les membres du groupe de prière du Quartier Solidaire de l’hôpital se réunissent à 17 heures devant la grotte qu’on a décorée. Là, nous faisons une petite célébration à la Vierge Marie, nous prions et chantons. Ensuite, nous partageons un gros gâteau Marie avec les familles du Quartier », raconte Paul Tombé, pour qui Marie constitue un modèle, pour chaque baptisé, de fidélité à Dieu et à Jésus. « Ce sera l’occasion pour nous de prier pour toutes les mamans du monde et les mamans qui souffrent », dit-il.
Comme dans chaque diocèse catholique à travers le monde, il existe un grand sanctuaire dédié à la Vierge, Maurice compte Marie-Reine-de-la-Paix à Port-Louis. Ce site à caractère marial des plus connus fête par ailleurs ses 75 ans de présence dans le pays. Elle a été construite durant la 2e guerre mondiale pour protéger l’île.