Bertrand Casteres a, depuis le 1er janvier 2015, succédé à Kris Lutchmeenaraidoo aux fonctions de Chief Executive Officer (CEO) du groupe Mauritius Union Assurance (MUA). Il a occupé le poste de « CEO Designate » durant deux ans, épaulant Kris Lutchmeenaraidoo qui, depuis quelques mois, a pris charge des opérations africaines à travers Phoenix Transafrica Holdings Ltd, rachetée par MUA.
Détenteur d’une Maîtrise en Mathématiques appliquées, en Sciences actuarielles et en Finances ainsi qu’un MBA de l’École des Hautes Études Commerciales de Paris, Bertrand Casteres, 36 ans, a fait son entrée chez MUA en janvier 2012 en tant que chef de la division d’audit interne. Il avait auparavant travaillé dans le département d’audit d’Aviva Europe et était impliqué dans la mise en application de la directive européenne sur la solvabilité au sein de ce même groupe.
Dans une communication adressée à la presse, Bertrand Casteres annonce l’élaboration d’un plan stratégique de trois ans, MUA Ambition 2017, indiquant que les actions futures du groupe seront axées sur l’innovation ; l’amélioration constante des opérations, en particulier des services de réclamation ; le développement de nouveaux produits ; et la responsabilité sociale de l’entreprise. « Nous mettrons tout en oeuvre pour que le client soit encore plus au coeur de nos activités en 2015, pour nous assurer de la qualité de notre service envers eux », ajoute-t-il.
Parlant de la performance du groupe, Bertrand Casteres soutient que, comme toute société, l’objectif est de réaliser des profits supérieurs d’année en année, mais fait ressortir qu’au-delà des résultats purement financiers, la performance du groupe sera reflétée dans sa manière de créer de la valeur pour ses divers « stakeholders » : actionnaires, clients, employés et la société en général. Se référant au plan de responsabilité sociale d’entreprise (CSR), le CEO indique que la MUA va non seulement y consacrer d’importantes ressources financières, mais s’assurera également de l’accompagnement des organisations qu’elle soutient dans leurs actions sur le terrain. « Nous comptons, dès 2015, impliquer l’ensemble de nos salariés dans nos activités CSR », précise-t-il.
Parlant du rachat de Phoenix Transafrica Holdings Ltd, opération qui aura coûté environ Rs 750 millions, Bertrand Casteres estime qu’il contribuera de manière significative aux résultats du groupe. Le potentiel de croissance, observe-t-il, est très encourageant vu le faible taux de pénétration dans les quatre pays où le groupe est présent : Kenya, Ouganda, Tanzanie et Rwanda. Le CEO est d’avis que cette expansion régionale va créer des opportunités de carrière intéressantes pour les cadres du groupe et les Mauriciens qui espèrent effectuer un saut qualitatif dans leur carrière.
Par ailleurs, évoquant les attentes du groupe avec l’arrivée d’un nouveau ministre des Finances, Bertrand Casteres dit souhaiter « une vision économique et financière claire pour le pays et ses habitants avec une forte stabilité ». Le groupe est en faveur de la mise en place d’une incitation fiscale pour encourager les Mauriciens à se protéger davantage des aléas de la vie et des risques associés à la retraite. La MUA, ajoute-t-il, se tient à la disposition du ministère des Finances pour toute réflexion concernant le renforcement de la compétitivité du secteur financier à Maurice.