Quelque 250 professionnels de l’assurance et de la réassurance en Afrique subsaharienne et dans le monde participeront du 23 au 26 août au Sofitel Imperial Resort and Spa, à la 38e conférence annuelle de l’Organisation of Eastern and Southern Africa Insurers (OESAI). Axée sur le thème “Repousser les frontières de l’assurabilité sur les marchés africains”, cette conférence donnera l’occasion de discuter des stratégies pour accroître le taux de pénétration de l’assurance en Afrique et également des défis confrontant l’industrie.
« Les défis auxquels les opérateurs du secteur de l’assurance et de la réassurance en Afrique doivent faire face sont nombreux », a fait comprendre Shiamdass Appannah, Chief Executive Officer Reinsurance Solutions et membre du conseil d’administration de l’OESAI lors d’une conférence de presse hier au siège de la Mauritius Union Assurance. Entouré des membres du comité organisateur local de la conférence, Shiamdass Appannah a indiqué que les opérateurs doivent explorer les voies et moyens pour un relèvement du taux de pénétration de l’assurance en Afrique, taux qui stagne, selon les milieux concernés, sous les 4% dans un grand nombre de pays. Pour l’augmenter, l’industrie doit développer de nouveaux produits et services ainsi que des canaux de distribution pour répondre aux attentes des clients et d’un marché aux données démographiques qui évoluent constamment, et ce en s’assurant que le cadre réglementaire des activités de l’assurance soit bien défini et respecté par tous.
L’industrie, a poursuivi Shiamdass Appannah, fait face à de multiples défis : pandémie, activités terroristes, guerres civiles, actes de sabotage, problèmes climatiques, cybercrimes… « Il nous faut élaborer des stratégies pour limiter tous ces risques tout en nous évertuant à promouvoir les produits et services auprès d’un plus grand nombre de personnes, en particulier celles qui vivent dans les villages lointains en Afrique », a-t-il ajouté.
Bertrand Casteres, CEO de Mauritius Union Assurance, Louis Rivalland, CEO du groupe Swan, Axel Pellegrin, secrétaire général de l’Association des Assureurs, et Marie Agnes Sanon, directrice du bureau local d’Africa Re, se sont appesantis sur les retombées positives de l’organisation de la conférence de l’OESAI, non seulement pour Maurice mais également pour la communauté des assureurs/réassureurs d’Afrique. « Cette conférence permettra non seulement d’évoquer des problèmes de l’heure et des enjeux futurs, mais donnera également l’opportunité aux participants de discuter, voire concrétiser, des projets de partenariat », a indiqué Axel Pellegrin. « Même si le marché est petit de taille, Maurice demeure un marché ouvert pour les activités d’assurance. C’est le 10e marché africain en termes de pénétration de l’assurance avec un taux de 6%, contre une moyenne de 2,5% pour le reste de l’Afrique. Le taux de pénétration est évalué sur la base des primes payées en pourcentage du Produit intérieur brut du pays concerné », ont souligné les organisateurs.
Louis Rivalland a fait ressortir que le secteur de l’assurance a une longue histoire à Maurice et que les opérateurs locaux veulent contribuer à l’avancement de cette industrie en Afrique, que ce soit par des investissements directs ou en partenariat avec d’autres groupes. « Nous croyons dans le potentiel du continent africain », a soutenu le CEO du groupe Swan. Celui-ci parrainera toutes les activités de la conférence prévues pour le mardi 25 août.  
Par ailleurs, Marie Agnes Sanon a fait remarquer que la création d’Africa Re fait suite à une décision prise par les pays membres de l’Union africaine et que la société de réassurance oeuvre pour que les primes de réassurance versées par les compagnies d’assurances « restent en Afrique » et y soient réinvesties pour le développement du continent. Elle estime que les autorités mauriciennes doivent prendre des mesures incitatives pour encourager les compagnies d’assurances et réassurance basées localement à travailler en partenariat.
Notons que l’OESAI a été fondée en 1973 et compte aujourd’hui une centaine de membres originaires de 24 pays. L’OESAI a pour objectifs, entre autres, la promotion, le développement et l’expansion d’activités d’assurance et de réassurance saines dans les régions d’Afrique orientale et australe. L’organisation encourage aussi la formation en matière d’assurance, d’échange d’informations, de connaissances et d’expériences parmi ses membres.