Dans une société où priment la productivité et la compétition, rares sont ceux qui ne se plaignent pas de fatigue. Aussi, souvent n’est-elle pas d’ordre médical, relevant davantage du stress, d’insomnies ou de rythme de vie effréné. Mais, s’il est normal d’avoir des périodes de fatigue, lorsqu’elle devient un état qui dure et qu’elle altère la qualité de vie, il importe de consulter pour s’assurer qu’elle n’est pas liée à une maladie car la fatigue est parfois le premier symptôme d’une maladie. Il ne faut par ailleurs pas confondre l’asthénie et la fatigue.
La fatigue est différente de l’asthénie. Une fatigue survient suite à un effort physique ou intellectuel et disparaît après un repos. L’asthénie apporte les mêmes sensations de fatigue qui ne partent toutefois pas en une nuit ou un week-end. Il s’agit plus d’une faiblesse générale, selon les définitions médicales, qui se caractérise par une diminution du pouvoir de fonctionnement de l’organisme. Ce malaise corporel survient suite à une activité physique ou un travail intense. Face un effort physique, l’asthénique aura moins de force qu’un fatigué.
Le mot “asthénie” est issu du grec sthenos, voulant dire force et du privatif “a” pour désigner un affaiblissement de l’organisme. Une asthénie peut par extension concerner l’état psychique. L’asthénie peut être de type “fatigue généralisée”, découlant d’un stress chronique, d’une dépression, d’une anxiété chronique (névrose) ou de la ménopause. Ensuite, une asthénie peut être révélatrice d’une affection spécifique telle une carence en fer (anémie), certaines infections virales (grippe, virus VIH, hépatite C ou rhinite chronique). Certaines infections bactériennes telles la tuberculose ou encore des troubles endocriniens tels l’hyperthyroïdie peuvent aussi en être la cause. Une carence nutritionnelle, un cancer, un abus de somnifères de même qu’un abus de substances telles le cannabis, l’alcool, l’héroïne, la morphine et ses dérivés en sont aussi parfois à l’origine.
L’asthénie peut altérer la qualité de vie d’une personne entraînant des troubles de la vigilance, de l’appétit et de l’humeur. Devant tant de causes, il est difficile de savoir si c’est une dépression, un stress ou si elle est d’ordre médical. Il importe alors de consulter.
Le médecin peut faire un examen clinique en vue d’identifier une éventuelle maladie infectieuse, cardiaque, digestive ou hormonale entre autres. Il essaiera aussi de savoir si le patient a des troubles de sommeil, de l’alimentation et s’il ne présente pas une carence de vitamines.
Dépendant du sexe de la personne, le médecin se penchera vers des causes différentes. S’il s’agit d’un enfant, l’asthénie pourrait être liée à une maladie infectieuse infantile ou une infection chronique de la sphère ORL ou des poumons. Si la personne vient d’effectuer un voyage dans un pays où l’hygiène laisse à désirer, l’asthénie pourrait être liée à une maladie infectieuse.
Mais, souvent aussi, l’asthénie n’a pas une cause médicale. Plusieurs facteurs peuvent induire à une fatigue de ce type tels un style de vie effréné. Les parents, en particulier les femmes, qui ont des enfants en bas âge et qui ne reçoivent pas beaucoup d’aide vivent une période de vie épuisante. Entre le travail, la crèche, les courses, la lessive, les repas et le ménage à faire, les parents n’ont pas beaucoup de temps pour le repos, d’autant plus lorsqu’ils sont réveillés par les pleurs de leurs enfants la nuit. Face à une telle situation, il est fréquent que des mères passent par des moments de déprime qui se manifestent par une fatigue qui peut durer.
Autre facteur pouvant conduire à l’asthénie : un excès d’activité sportive qui peut se traduire par un amaigrissement, une insomnie, une fatigue musculaire, et une réduction des performances en dépit d’un entraînement régulier. Dans de tels cas, il importe de se prendre en charge et de combattre sa fatigue. Il s’agit de ralentir le rythme, prendre des vacances et de se reposer. Essayez de déléguer les tâches ménagères au conjoint ou aux enfants s’ils sont suffisamment grands. De plus, pratiquer une activité physique régulière, en sus d’être bon pour la santé, peut aider à se défouler et à se sentir en meilleure forme.
Essayez de ne pas vous coucher trop tard et de ne pas vous réveiller trop tard non plus durant les week-ends. Le sommeil est important pour récupérer après une journée de travail. Si vous travaillez la nuit, essayez de bien récupérer le jour même si ce n’est pas toujours facile d’avoir un sommeil de qualité le jour avec les bruits divers. Certains, après avoir travaillé la nuit, font autre chose le jour et ne dorment au bout du compte que très peu, ce qui explique qu’ils soient épuisés.
En somme, pour éviter la fatigue, il s’agit de mener une vie équilibrée, de prendre conscience des limites de son organisme, de savoir s’arrêter à temps et de se reposer suffisamment. D’un point de vue alimentaire, il importe de ne pas passer à côté des fruits et légumes riches en vitamines capables de combattre la fatigue et le stress. La vitamine C est tout aussi importante que le magnésium dans notre alimentation de tous les jours. Ne vous privez pas d’oranges, de kiwis, de choux, de tomates, d’oignons, de bananes et autres fruits.