Dans une maison de trois pièces transformée en atelier de poterie, cinq paires de mains travaillent l’argile et la porcelaine. Cette micro-entreprise qui existe depuis trois ans se trouve à La Gaulette. Elle est soutenue par la Fondation Espoir Développement (FED). Les potières sont ravies d’avoir rejoint ce projet dont l’objectif et de les aider à sortir des sentiers battus de la pauvreté.
Catherine Lecordier est chef d’atelier. Elle a assuré la formation de Dominique Guillaume, Priscilla Bernard, Kanta Dhondee et Angela Doorgah pour qu’elles puissent travailler ensemble au sein de cette petite entreprise de poterie.
Les différents moules en plâtre permettent aux cinq femmes de donner forme à plusieurs objets utilitaires et décoratifs. Du travail artisanal simplifié, mais qui n’en demeure pas moins du fait main et qui exige beaucoup de patience, de précision et de délicatesse.
Elles nous ont ouvert les portes de leur atelier pour nous faire découvrir leur activité. Au fond, dans une pièce exiguë où l’on circule difficilement, trônent plusieurs sacs d’argile et de moules. C’est ici que débute la première étape de la poterie. La matière première est fournie par FED : “Tout est acheté par eux. Ce sont de très bons produits qui viennent de l’étranger et grâce auxquels nous pouvons fabriquer des objets de qualité”, souligne Catherine.