Afin de rendre publique sa thèse sur l’abus d’alcool à Maurice, l’Université de Maurice a tenu un atelier de travail au R Burrenchobay Lecture Theater aujourd’hui. Cette étude intitulée « Bad Habits Die Hard : An Investigation Into The Economic And Social Implications Of Alcohol Abuse In Mauritius » se veut un guide pour les décideurs politiques.
Menée par Sanjeev Sobhee Dept of Economics and Statistics, Tandrayen Ragoobur Dept Of Economics and Statistics, Dr Kasseah Dept Of Economics and statistics et Asrani Gopaul Dept Of Social Studies, l’étude « Bad Habits Die Hard… » s’inspire de deux sondages. Le premier a été réalisé en s’appuyant sur les interviews de 300 alcooliques et l’autre est basé sur celles de 200 familles affectées par un membre de la famille alcoolique.
« Bad Habits Die Hard… » met ainsi l’accent sur les répercussions économiques et sociales de l’abus d’alcool. Il a été découvert que le plus grand nombre d’alcooliques avaient entre 36 et 40 ans. Le niveau d’éducation de 42 % des personnes interviewées se limitait au primaire. L’étude attire aussi l’attention sur le fait qu’il y a un rajeunissement des alcooliques. En effet, 75 % des personnes qui ont participé au sondage affirmeraient avoir commencé à consommer de l’alcool « à 20 ans ».
Réagissant à ce sujet, le ministre de l’Éducation tertiaire Rajesh Jeetah, aussi présent à l’occasion, n’a pas manqué de dresser un bilan alarmant sur la consommation d’alcool à Maurice. Il a mis l’accent sur le fait qu’en 2013, 52,4 millions de litres d’alcool avaient été consommés à Maurice. Pour lui, ce chiffre est « grave ».
Afin de sensibiliser les jeunes présents à l’atelier, le ministre a soutenu que « 80 % des accidents fatals sont le résultat de l’abus d’alcool ; 75 % des homicides et 40 % des casualty trauma sont causés par l’alcool ».
« Nous avons besoin de plus de recherches sur les problèmes nationaux. La semaine dernière, j’ai eu l’occasion de présenter le Mauritius Research Council Amendment Bill à l’Assemblée nationale. Celui-ci vise à encourager les recherches. Les résultats des recherches aideront les décideurs politiques. Le Mauritius Research Council Amendment Bill exigera que l’on développe un plan stratégique pour les recherches et l’identification des priorités du pays », a déclaré le ministre de l’Éducation tertiaire. Et de faire ressortir que les recherches permettront aux décideurs politiques d’aller dans « la bonne direction ».