La phase finale des compétitions d’épreuves combinées destinées aux benjamins (triathlon) et minimes (quadrathlon) avait retenu l’attention récemment au stade de Réduit. C’est ainsi que certains jeunes étaient sortis du lot, confirmant leur entrée dans les Pôles Jeunes nouvellement formés par l’Association mauricienne d’athlétisme et le Trust Fund for Excellence in Sports.
Dans l’épreuve de triathlon à laquelle participaient benjamins et benjamines (12-13 ans), ce sont Laurna Saulick (Cpe Warriors) et Bryan Untha (PL Cent) qui ont terminé en tête du classement avec 60 pts et 75 pts respectivement. Ces catégories comportaient une course de 600 m, un concours de poids et de triple saut. Isabelle Gungadoo (Cpe Harlem) a terminé deuxième devant Emilie Barbot (Cpe Warriors), ex aequo avec Joane Benoît, tandis que Didier Sergio et Ricky Tailly, tous deux de Boulet Rouge, ont complété le podium chez les garçons.
L’épreuve de quadrathlon réservées aux minimes et comprenant une course de sprint (100 m haies), une épreuve de saut (longueur), de demi-fond (800 m) et de lancer (disque) a vu la victoire de Céline Marc (Boulet Rouge), qui totalisa 63 pts contre 61 pts à Sophie George (Cpe Warrriors) et 59 pts à Béatrice Pierre-Louis (Cpe Warriors). Ces trois athlètes font partie du Pôle Jeunes.
Chez les garçons, Terry Anseline (Adonaï) s’est imposé avec 109 pts (100 m haies, disque, longueur et 1000 m), contre 103 pts à Mélivan Dauphin (Ch. Grenier) et 100 pts à Jordan Vieilleuse (Cpe Warriors) et Émilien Surette (R-Hill).
Les trois premières manches des épreuves combinées ont eu lieu à chaque trimestre et ce sont les 12 meilleurs athlètes ayant marqué le plus de points selon la table de cotation de l’IAAF qui ont été retenus pour la phase finale. Frankie Lebon, l’un des coordinateurs de la finale tenue le 19 novembre dernier rappelle que cette compétition permet de mieux canaliser les jeunes vers des familles d’épreuves lorsqu’ils seront âgés de 16 ans.
« C’est une étape importante avec la spécialisation à 18-19 ans. Car il y a eu trop d’athlètes qui sont passés entre les mailles du dépistage sans qu’on ne sache vraiment quelle épreuve leur convenait le mieux. Ces épreuves combinées permettent justement à ces jeunes de développer et d’exploiter leurs aptitudes pour faire le bon choix au moment de la spécialisation. C’est la nouvelle politique adoptée par l’AMA en accord avec l’IAAF », explique-t-il.