Jérôme Caprice est plus que jamais motivé avec la perspective de décrocher sa place pour une participation aux Jeux Olympiques de Londres (27 juillet-12 août) cette année. Le spécialiste de la marche a enclenché le compte à rebours en effectuant une rentrée de saison victorieuse dimanche en Hollande dans une course Open de 25 km à Amsterdam, comptant pour la Winterseries. Il a été crédité à l’arrivée de 2h02’46 avec un temps de passage au 20e km de 1h38’35, son temps le plus rapide.
L’année olympique est bien entamée pour Jérôme Caprice, qui vit à Dublin, Irlande du Nord, depuis maintenant cinq ans. Et il ne cache pas qu’il a toujours caressé le rêve de pouvoir un jour s’aligner au Jeux Olympiques. Londres comblera-t-elle ses attentes cette année ? « Je l’espère bien car ce n’est pas la motivation qui me manque. Je suis à Dublin et Londres n’est que la porte à côté. Alors pourquoi n’irai-je pas à Londres ? Ma course de rentrée me met en tout cas en confiance et j’espère seulement qu’il n’y aura pas d’imprévu ni de blessure d’ici à l’échéance », lance-t-il tout heureux.
Depuis sa victoire en octobre, toujours en Hollande (Tilburg) mais sur 50 km où il s’était également imposé en pulvérisant de plus de 11’00 sa meilleure référence personnelle, la portant de 4h53’30 à 4h42’10, Jérôme Caprice avoue qu’il ne s’est jamais vraiment reposé. Après cette dernière sortie 2011, il n’a fait qu’une petite coupure de deux semaines avant de poursuivre sa préparation. Il raconte : « J’ai bien progressé car ma préparation après ce 50 km n’était pas du gâteau, surtout pendant l’hiver entre octobre et janvier avec le reveil à 4h du matin pour être sur la route et m’entraîner pendant 3-4 heures dans une température de -1 à 6°C. Pas de fête de Noël, ni de fête de nouvel an. Car un 50 km nécessite une bonne préparation. Cela demande beaucoup de sacrifices et de persévérance, et surtout des kilomètres d’entraînement. » D’ailleurs, à Tilburg, il s’était lancé en quête des minima olympiques du 50 km marche (minima B 4h09).
Son temps de passage au 20e km dimanche lui laisse aussi beaucoup de satisfaction comparé à sa performance de 1h43 réalisée en avril 2011 aux championnats d’Afrique de 20 km sur route tenus à Trianon. « Être passé en 1h38’35 est pour moi un temps que je n’avais jamais pensé réaliser. J’imagine que j’aurais fait un record si je ne concourais qu’à cette épreuve », estime-t-il.
Jérôme Caprice n’oubliera pas de toujours remercier ses parents et son coach Sylvie Ah Khan qui n’ont jamais cessé de lui apporter leur soutien moral. S’il est assez souvent en contact avec son coach pour discuter de son plan d’entraînement et de sa progression, il doit, dit-il, aussi beaucoup à son club, le Dundrum South Dublin, et à son ami Hans, un juge technique international qui l’aide à s’équiper et à financer ses déplacements pour des courses internationales. On entendra sûrement encore parler de lui d’ici à quelques semaines.