Le couperet est tombé samedi lors de la troisième et dernière manche du Lucozade Sport Grand Prix d’athlétisme — synonyme de championnats de Maurice toutes catégories — disputée au stade de Bambous. Cette compétition offrait aux athlètes une dernière chance de se qualifier pour les 8es Jeux des îles. Et si la plus grande partie d’entre eux ont validé sans peine leur place, d’autres par contre ont vu leur dernier espoir pour Mahé partir en fumée.
Les athlètes qui étaient mis en attente dans leur épreuve de prédilection et ceux dont les noms avaient disparu de la dernière liste circulée jeudi dernier étaient prévenus. Ils n’avaient pas droit à l’erreur. Les dernières épreuves où rien n’était encore joué étaient les 5 000 m hommes et dames, 1 500m hommes, 400 m haies hommes et javelot dames, entre autres.
C’est ainsi que Paramasiven Sammynaden est sorti vainqueur de son ultime duel au 5 000 m contre Xavier Verny. Pour donner un coup de fouet à cette course, Dharamjai Jeetun, déjà qualifié au 10 000 m, se mêla au duel jusqu’à environ trois tours de l’arrivée, quand il abandonna en raison d’une douleur au mollet.
Et c’est à l’entame du dernier tour, alors que la cloche retentit, que Sammynaden passa à l’offensive. Il résista à une dernière tentative de son adversaire à environ 300 m du but avant de mettre les voiles. Il sera crédité de 15’14”32 contre 15’18”72 à Verny. Sammynaden courra donc aussi le 1 500 m à Mahé.
Dans l’épreuve féminine, la triathlète Fabienne St Louis a été exacte au rendez-vous. Même si, confie-t-elle, c’était « peut-être la course de trop » suivant sa participation aux championnats d’Afrique et au triathlon de Paris tenu sur deux week-ends s’affilée, sa victoire en solitaire n’aura souffert d’aucune contestation face à une Prisca Manikion visiblement diminuée… Celle-ci perd aussi sa place au 1 500 m où c’est Annabelle Lascar qui sera finalement l’unique représentante mauricienne à Mahé.  
Au 400 m haies hommes, il restait un dernier espoir à David Henry de se qualifier, même si son nom avait disparu de la liste que l’Association mauricienne d’athlétisme avait remise jeudi aux athlètes présélectionnés. Pourtant, il détient en 53”72 le 2e temps le plus rapide de l’année. Crédité de 54”41 lors du meeting international de Maurice en avril puis de 53”72 en mai, Henry avait réalisé, tout comme son plus farouche adversaire, les minima du Coji (55”24), Rajah ayant déjà couru en mai en 54”28 aux championnats d’Afrique juniors du Botswana.   
Mais samedi, celui-ci lui souffla la deuxième place à l’arrivée de l’épreuve derrière l’imposant Antonio Vieillesse. Le chrono de Vieillesse est de loin supérieur aux minima A (51”85). Il devrait descendre bientôt sous les 50 secondes.
Enfin, ils sont au moins cinq autres athlètes à avoir réalisé les minima A de l’AMA lors de ces championnats de Maurice, à l’image d’Éric Milazar au 400 m, de Maxwell Évenor au saut en longueur, Annabelle Lascar au 800 m, Bernadette Ravina au lancer du javelot et Mary-Jane Vincent au 200 m.
Au javelot dames, Jessika Rosun, qui retrouve enfin la forme, aura également réalisé son record personnel en atteignant 47,79 m, le concours ayant été remporté par la Seychelloise Lindy Leveau Agricole avec 48,38 m. Celle-ci l’avait emporté une semaine auparavant avec une performance de 53,45 m lors des championnats nationaux de l’Archipel.
Notons qu’à l’issue de cette compétition l’AMA s’est réunie sur place pour finaliser sa sélection. Celle-ci se compose de 30 hommes et 24 femmes (voir plus loin).