L’Association mauricienne d’athlétisme (AMA) a procédé à une redéfinition des responsabilités entre elle et le Trust Fund for Excellence in Sport (TFES) pour les athlètes qui sont appelés à faire partie des cinq Pôles jeunes qui devraient démarrer en novembre à Rose-Hill, Bambous, Flacq, Port-Louis et Rose-Belle. Il en ressort que c’est l’AMA qui sélectionnera les athlètes et entraîneurs qui intégreront ces Pôles alors que le TFES sera responsable du suivi académique des jeunes.
Ces cinq nouveaux centres accueilleront des jeunes en deuxième année benjamins et minimes (13 à 15 ans). Et les deux partenaires sont tombés d’accord sur la définition de leur rôle respectif au terme d’une réunion conjointe qui s’était tenue récemment à Réduit, nous a dit Vivian Gungaram. « Avec Michaël Glover (directeur exécutif du TFES), nous avons décidé lors de cette première réunion d’établir ces Pôles dans cinq-six régions. Et nous avons aussi décidé de qui fait quoi. L’Association s’occupera ainsi du volet technique et le TFES du volet académique », ajoute le secrétaire général de l’AMA.
« Environ une semaine après, il y a eu une réunion élargie avec les entraîneurs nationaux Joël Sévère et Khemraj Naiko et Michaël Glover. Là, on a décidé que c’est à l’association de procéder à la sélection des athlètes et des entraîneurs. Les cinq régions furent aussi désignées », nous a déclaré Vivian Gungaram.
« Les régions sont Flacq, Port-Louis, Bambous, Rose-Hill et Rose-Belle furent désignées. Quand ces cinq Pôles seront opérationnels, nous comptons lancer un sixième à Savanne ou à Surinam dépendant des moyens logistiques et techniques. » Les cinq entraîneurs qui ont été désignés pour s’occuper des cinq Pôles jeunes sont Frankie Lebon (Rose-Belle), Bernadette Ravina (Bambous), Giovany Devalet (Flacq), Anjeet Oree (Port-Louis) et Jean-Éric Hervé (Rose-Hill).
Enfin, une nouvelle réunion s’est tenue le 14 octobre à Réduit avec ces deux entraîneurs de même que les cinq coaches choisis et les présidents des régions concernées. Cela afin de leur expliquer le mode de fonctionnement des Pôles jeunes. « Nous leur avons expliqué que la sélection des athlètes se fera selon la table de cotation internationale. Chaque athlète ne devant pas avoir moins de 27 pts au niveau individuel. L’implication des cinq régions concernées est aussi importante. Car ces Pôles jeunes seront lancés là où se situent déjà des centres régionaux d’entraînement, sans que l’un ne concurrence l’autre. »
Les entraîneurs responsables des Pôles jeunes ont soumis mardi leurs sélections à l’AMA qui les ont remis à la fondation hier. « Dans la prochaine étape, le TFES invitera parents, sportifs et toutes les parties concernées à une présentation. Car nous espérons démarrer en novembre. »
Quels avantages ces Pôles jeunes offriront-ils à ces sportifs ? « Ce que nous ne pouvons faire, le TFES le fera, à savoir le suivi académique », résume Vivian Gungaram. Il soutient aussi que l’aide financière que l’AMA accorde aux entraîneurs sera top-up par le TFES. « Les entraîneurs recommanderont aussi au TFES, à travers l’AMA, les athlètes qui ont besoin d’un suivi académique. » « Nous avons voulu redéfinir nos responsabilités et celles du TFES en voyant tant de problèmes qui existent dans le sport en raison d’un manque de communication et de dialogue. Il faut établir le dialogue pour le bien du sport. Tout se fait autour d’une table », a-t-il conclu.