Les Championnats d’Afrique seniors se dérouleront du 27 juin au 1er juillet, à Porto Novo, deuxième grande ville du Bénin après la capitale Cotonou. Cette compétition, il convient de le souligner, sera d’une grande importance, car elle demeure l’objectif principal des Mauriciens en cette année olympique. En effet, les Fabrice Coiffic, Antonio Vieillesse et autres Mary-Jane Vincent tenteront de réaliser les minima en vue de décrocher une qualification pour les Jeux olympiques prévus du 27 juillet au 12 août dans la capitale anglaise, à Londres. D’autre part, le secrétaire-général de l’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA) et délégué technique de l’IAAF (International Association of Athletics Federation), Vivian Gungaram, a indiqué que l’organisation de cette compétition est en bonne voie. « L’organisation est arrivée à un stade très avancé », a-t-il souligné. Il a, du reste, ajouté, qu’un test grandeur nature est prévu à l’occasion des Championnats d’Afrique central du 10 au 12 mai, avant d’ajouter que les 100 ans de l’IAAF seront célébrés le 25 juin, à Cotonou.
La date limite pour réaliser les minima pour les Jeux olympiques a été fixée au 2 juillet par l’IAAF, soit un jour seulement après la tenue des championnats d’Afrique du Bénin. C’est dire l’importance que comporte cette compétition pour les Mauriciens, aussi bien pour les autres africains pas encore qualifiés. Du côté de l’AMA, une présélection de 18 athlètes a été établie, dont six filles. Selon Vivian Gungaram toutefois, « financièrement, nous ne pourrons pas faire déplacer une délégation de plus de 12 personnes. » Une réunion a même eu lieu à la fin de l’année dernière avec les athlètes pour leur expliquer les objectifs de la fédération. « Nous n’avons pas encore d’athlète qualifié pour les JO. Dans ces conditions, l’objectif principal sera les championnats d’Afrique où nos athlètes feront le maximum, afin de décrocher une qualification olympique », a-t-il dit.
Dans cette optique, l’AMA bénéficie de l’aide financière du Comité olympique mauricien (COM) pour permettre à ses athlètes de réaliser les minima. Selon Vivian Gungaram, trois athlètes pouvant atteindre cet objectif ont même été identifiés, dont Fabrice Coiffic, spécialiste du 100m et 200m. Ce dernier sera, du reste, en stage à Paris, France, du 1er mai au 24 juin, pour s’entraîner avec le groupe du Dr Hervé Stephan. Le Mauricien aura également l’occasion de participer à des compétitions avant de mettre le cap directement sur le Bénin. Pour leur part, Antonio Vieillesse (400m haies) et Mary-Jane Vincent (100m et 200m) poursuivent leur préparation à Maurice, s’entraînent à plein temps depuis le début de ce mois, après avoir bénéficié d’un leave without pay auprès de leurs employeurs.
Pendant ce temps, c’est l’AMA et le COM qui assureront leurs salaires. « Nous tenons à saluer et à remercier les employeurs qui ont accepté de jouer le jeu. Nous sommes en négociation avec d’autres employeurs, afin que trois autres athlètes puissent se libérer de leur travail pour se consacrer uniquement à leur préparation », a fait remarquer le secrétaire-général de l’AMA. Il a ajouté qu’Antonio Vieillesse et Mary-Jane Vincent devraient également se rendre en France pour une durée de 15 jours précédant les championnats d’Afrique. « Nous sommes convaincus que si nos athlètes sont accompagnés correctement, à l’image d’Antonio Vieillesse et de Mary-Jane Vincent qui peuvent se consacrer uniquement à leur préparation, nous avons de bonnes chances de nous qualifier pour les Jeux olympiques. »
D’autre part, Vivian Gungaram a fait ressortir que le Bénin se prépare activement à réaliser de beaux championnats. Il a d’ailleurs déjà proposé les règlements techniques et le programme qui ont été approuvés par la Confédération africaine d’Athlétisme (CAA) et distribués aux 48 pays qui ont fait part de leurs intentions de participer. A ce jour, Vivian Gungaram a effectué trois visites au Bénin, soit en février, en juillet et en novembre 2011. « Tout est en place et il ne reste plus que la piste d’échauffement de six couloirs à être bouclée. Les travaux prendront fin au début de mai », a-t-il précisé. Ensuite, soit du 10 au 12 mai, se tiendra un test grandeur nature à l’issue des championnats d’Afrique centrale. L’occasion pour les organisateurs de voir dans les moindres détails les différents aspects entourant le fonctionnement de la compétition.
Vivian Gungaram a ajouté que deux jours avant le début de la compétition, soit le 25 juin, se tiendra à Cotonou, une soirée marquant les 100 ans de l’IAAF. A cette occasion, la CAA a invité les anciennes gloires aussi bien que les vedettes actuelles de l’athlétisme africaine. « Les dirigeants et entraîneurs ayant contribué à l’avancement de la discipline sur le continent seront aussi présents lors de ce regroupement de la grande famille de l’athlétisme africain. », a-t-il conclu.