Jean-Luc Vilbrim a été exact au rendez-vous, hier, lors de la 3e manche de la Vital Cross-country League, au Mahatma Gandi Institute, Moka. Le champion national et spécialiste du marathon s’est imposé avec autorité et en solitaire à l’issue des 9,8 km devant Dharamjai Jeetun, lui aussi marathonien, et Xavier Verny, bien que celui-ci a été gêné par une ampoule au pied. Chez les dames, Prisca Manikion a maintenu sa mainmise en remportant sa troisième victoire d’étape.
Pour son entrée dans la ligue de cross, Jean-Luc Vilbrim n’est passé inaperçu. D’autant plus que sur le papier la distance était plus à son avantage que de Xavier Verny. Au fond, Vilbrim se devait de frapper fort à une semaine des championnats où il aura un titre à défendre face au leader actuel, Nicolas Boissèque, grand absent dans ce duel qui a été finalement presque à sens unique. Il était d’ailleurs attendu que les marathoniens allaient durcir la course hier matin. Dharamjai Jeetun et Nitesh Soodun ont ainsi tenu leur rôle jusqu’au 4e tour de ce circuit gazonné long de 1,4 km. Les deux hommes en compagnie de Verny et de Vilbrim ayant déjà creusé l’écart.
Par la suite, la course se décanta sur un coup d’accélération de Vilbrim. Celui-ci ne sera jamais repris. Verny, qui avait choisi de courir avec des pointes, devait alors les enlever pour poursuivre sa course pieds nus. À cet instant précis, il était le seul à talonner Jean-Luc Vilbrim. Mais le temps pour lui de repartir, Jeetun était déjà là.
« C’était une grosse erreur et complètement à mon désavantage de porter des pointes qui ne s’apprêtent d’ailleurs pas au gazon. Quand j’ai voulu repartir, Jeetun m’avait déjà rattrapé. Et quand j’ai voulu me relancer, il m’a encore rattrapé, puis distancé. Et cette ampoule qui a commencé à me faire mal dès le 2e tour du circuit ne m’a pas aidé », explique Verny.
Cet incident aura peut-être faussé la tournure de cette course puisqu’on ne saura précisément pas si Verny allait autrement pouvoir s’accrocher jusqu’au bout et même s’imposer. Mais ce dernier admet toutefois que « Vilbrim était quand même fort aujourd’hui (hier). Je ne sais si j’aurais pu le battre, mais j’aurais pu finir au moins 2e sans être rattrapé par Jeetun. »
Il lui reste maintenant à récupérer et à guérir de cette ampoule pour revenir défier les autres samedi aux Gymkhana. Car contrairement aux manches précédentes, il avoue qu’il a cette fois ressenti de bonnes sensations. « Je pense que ce sera fait d’ici samedi. Je suis plutôt satisfait de ma 3e étape, surtout de mes deux derniers kilomètres où j’ai pu garder le rythme. En gros, je ne suis pas déçu. »
De son côté, Jean-Luc Vilbrim pouvait être fier de son coup. Car sa victoire fait d’aucuns dire qu’il sera très difficile à battre samedi aux championnats. Qu’en pense Nicolas Boissèque de tout cela ? On ne va pas tarder à le savoir. Mais pour l’heure, Vilbrim se contente d’être modeste et réservé : « C’était ma première sortie et j’ai eu un peu de difficultés à m’imposer. Les virages abrupts ont rendu les relances difficiles. Mais je suis content d’avoir gagné. Je remercie mon sponsor Yoplait. »
Dans la course élite dames, Prisca Manikion affichait le sourire après sa course. Elle sait qu’elle n’est qu’à une étape d’un nouveau sacre en ligue et championnat, sauf si Antoinette Milazar n’en décide autrement. « J’attends maintenant l’ultime course pour essayer de rééditer ma victoire. J’espère gagner. Contre les étrangères, ce sera très difficile, mais je le prends comme un défi », dira-t-elle.
Dans les autres catégories, on note la deuxième victoire d’étape de Mohamed Dookun chez les juniors hommes. Il est cette fois venu à bout de Matthieu Mamet, vainqueur de la première étape à Trianon et absent de la 2e à Médine. En poussines, Lucile Puren est revenue aux avant-postes alors que Divesh Dayal l’a emporté chez les garçons. En benjamins, Bradley Collet a pris sa revanche sur Gaël Martison, tout comme Darlène Quirin sur Laëticia Belloguet chez les filles.
Sinon, les favoris ont encore fait parler d’eux en minimes, cadets, juniors et vétérans masculins et féminins.