L’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA) a décidé de dynamiser davantage son sprint en vue des échéances futures que sont les Jeux des Îles de l’océan Indien de 2015, à l’île de La Réunion, et les Jeux olympiques de 2016, prévus à Rio au Brésil. Dans cette optique, elle a entamé les démarches afin de retenir les services d’un expert en la matière, nommément le Français Alain Smail, professionnel au ministère des Affaires étrangères français et ancien cadre au Centre international d’Athlétisme de Dakar (CIAD), au Sénégal. Selon le président de l’AMA, Clyde Thomas, le Français qui était jusqu’à tout récemment en poste à Mayotte, pourrait faire le saut à Maurice où un contrat de trois ans lui sera proposé.
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Alain Smail n’est pas un inconnu de l’athlétisme mauricien. Car dans le passé, notamment en mars 2008, il avait animé un stage à l’intention des sprinteurs au stade Maryse Justin, à Réduit. Un stage financé par la Conférence des Ministres des Sports et de la Jeunesse de la Francophonie (CONFEJES) en marge du meeting international de Maurice. Pour ainsi dire, Alain Smail ne viendrait pas en terre inconnue si les démarches se concrétisent.
Le Français est, dit-on, très intéressé à venir travailler à Maurice et pour Clyde Thomas, c’est un élément très important. « Alain Smail a démontré son intérêt à venir travailler à Maurice. Il veut aider l’athlétisme mauricien par rapport aux objectifs fixés par la fédération. Il est motivé et c’est un point très important. Nous avons eu une très bonne expérience avec feu Jacques Dudal qui a beaucoup apporté à la discipline et que nous ne cesserons de remercier. Nous espérons avoir le même genre de collaboration avec Alain Smail », a déclaré Clyde Thomas.
Le président de l’AMA se réjouit que les négociations avec le Français aient abouti après trois mois de discussions. « Alain Smail a pris le temps qu’il faut pour réfléchir avant d’accepter la proposition qui lui a été faite par la fédération. Ce qui est une très bonne chose pour nous, d’autant qu’Alain Smail demeure un très bon entraîneur de sprint », a-t-il indiqué. Selon Clyde Thomas, Maurice possède de très bonnes chances dans ce domaine lors des prochains Jeux de 2015 à La Réunion et l’option Alain Smail demeure très intéressant.
Clyde Thomas a ajouté que la fédération va offrir un contrat de trois ans au principal concerné et l’idée sera d’aller au-delà des JIOI de 2015, soit vers les Jeux de Rio 2016, au Brésil. « Si les résultats sont concluants après ces trois ans et si Alain Smail veut rester et nous permettre d’aller encore plus loin, on fera le nécessaire », a souligné le président de l’AMA. Selon lui, la fédération a eu de très bons échos sur le technicien français, notamment auprès de Khemraj Naiko, qui a eu l’occasion de travailler avec lui. « Selon nos informations, Alain Smail est quelqu’un de très bien et nous attendons espérons une collaboration fructueuse, cela pour l’avancement de la discipline », a-t-il fait remarquer.
Le président de l’AMA dit également avoir eu des recommandations techniques auprès des instances concernées et a ajouté que le dossier est en bonne voie au niveau du ministère de la Jeunesse et des Sports. Cela fait que Alain Smail débarquera à Maurice aussitôt les procédures administratives terminées au niveau du ministère. « Le ministère de la Jeunesse et des Sports nous a déjà donné son accord de principe et on s’attend maintenant que les choses évoluent très vite dans la bonne direction », a-t-il indiqué.
Pour rappel, Alain Smail, aujourd’hui âgé de 62 ans, possède une Maîtrise en science de 1976 à Paris, en France. Il est aussi un professeur d’éducation physique universitaire et a travaillé à Évry en France de 1998 à 2002, période pendant laquelle il a aussi entraîné le club d’Évry. Avant de retourner en France, Alain Smail a travaillé comme Project Manager à l’université de Casablanca, au Maroc. Le Français, qui a été formé en ex-Allemagne de l’Est, a aussi été directeur technique et même entraîneur en chef au CIAD de 2002 à 2008. Il est connu comme quelqu’un qui a surtout mis ses compétences au service des pays africains tels le Gabon, le Tchad et le Burkina Faso.
Parmi les athlètes qu’il a entraînés, le Burkinabé Aïssatou Soulama a atteint les quarts de finale du 400m haies des Jeux olympiques de 2008, à Pékin en Chine. Il avait réalisé un chrono de 55:64. Le Rodriguais Antonio Vieillesse, qui a été double médaillé d’or aux Jeux des Îles de l’océan Indien de 2007 à Madagascar, puis aux Jeux de 2011, aux Seychelles, a également eu l’occasion de s’entraîner sous la direction d’Alain Smail.