L’athlétisme mauricien a récolté sa première médaille hier lors de la première journée des compétitions déroulée au stade Houphouët Boigny. Et comme attendu, c’est Bernard Baptiste qui a ouvert le compteur en accrochant le bronze au lancer du poids hommes avec une performance de 17,56 m, située très proche de son record national (17,62 m). Ce concours de haut niveau a été adjugé par l’intouchable Congolais Elemba Owaka qui a expédié la boule de fer à 19,99 m alors que Luxembourgeois Bob Bertemes prend l’argent avec 19,55 m.
Ces deux lanceurs étaient de loin hors de portée, le Congolais détenant une meilleure marque personnelle à 21,03 m, une référence d’ordre mondial. Mais le Mauricien a été quand même exact au rendez-vous avec le podium. Il a tenté visiblement dès son premier essai, un coup de force pour battre son record et se mettre à l’abri de toute maurvaise surprise qui aurait pu survenir dans la suite de ce concours. Toutefois, il se contentera de 17,56 m, une marque qu’il n’a pu améliorer dans ses cinq essais suivants. Mais on peut dire qu’il n’a pas raté sa grande première aux Jeux de la Francophonie.
Les quatre autres athlètes mauriciens qui étaient en action hier toujours, mais en sprint, ont connu des fortunes diverses. Au départ du premier tour du 100 m dames, Joanilla Janvier avec un chrono d’engagement de 11″87, ne s’est qualifiée pour la finale prévue en ce jour. Elle termine 4e de la première série en 12″18, les deux premières des trois séries et les deux meilleurs temps se qualifiant pour la finale. Malgré un départ rapide (2e temps de réaction de la série avec 0.127 contre 0.132 centièmes à l’Ivorienne Nanzie), elle est rattrapée et battue à la mi course et termine avec le13e temps sur l’ensemble des trois séries.
Idem pour Jean-Daniel Lozereau, qui termine 5e et donc éliminé de la 2e série en 10″69, soit le 12e temps des séries. Le Mauricien avec un temps d’engagement de 10″55 réalisé l’an dernier, réalise néanmoins un chrono qui correspond plus ou moins à son niveau cette année. Légèrement devant les autres au départ, lozereau s’est fait rapidement happer à l’approche de l’arrivée par un quatuor dont le Canadien Boateng qui s’impose en 10″43.
Par contre, Jonathan Bardotier est passé à la trappe pour un centième de seconde de moins. Il termine 3e de la 3e série en 10″54, synomyme de 9e temps des séries, à l’inverse de Jean-Yan Degrâce, également 3e de la 1ère série en 10″53, mais qui décroche in extremis son billet pour la finale prévue aujourd’hui.
Degrâce qui a couru en 10″37, cette année en Suisse, pourrait éventuellement créer la surprise, s’il évolue à son meilleur niveau et surtout sans provoquer de faux départs. Cette finale du 100 m prévue à 20h45 (heures de Maurice) mettra aux prises les deux meilleurs sprinters de l’épreuve, le Seychellois Dylan Sicobo vainqueur de sa série en 10″33 et l’Ivorien A. Cisse Gue crédité de 10″22. Cet après-midi, Degrâce s’élancera du 1er couloir, l’Ivorien Cue du 4e et le Seychellois Sicobo sera lui juste coté au 5e.
À suivre également cet après-midi, la finale du triple saut hommes (20h40) engageant le Mauricien Jonathan Drack. 3e performeur sur la liste d’engagés ex aequo avec Kevin Luron (Fr) avec 16,67 m, il sera la bagarre avec le Burundais Hugnes Zango (16,89 m), l’Arménien Levon Aghasyan (16,85 m), les autres postulants étant le Marocain Adil Gandou (16,63 m), le Malien Mamadou Dia (16,59 m), le Roumain Cristi Boboc (16,22 m) le Senégalais Cheikh Badji (16,09 m) et le Camerounais Marcel Mayack (15,34 m).