C’est un natif de Grande Montagne, Bernard Baptiste, qui s’est donné en spectacle en pulvérisant à trois reprises la marque nationale du lancer du poids qu’il a portée de 16,10 m à 16,47 m. Baptiste a été désigné athlète masculin de la compétition avec Joanilla Janvier, qui se situe désormais à 0″05 de la référence nationale du 100 m dames (11″77 contre 11″72).
Cet événement annoncé comme l’ultime occasion pour réaliser les minima des Jeux des îles (1er-9 août) aura donc tenu ses promesses, même si dans certaines épreuves ils n’ont pas été satisfaits. Le Rodriguais Baptiste s’est révélé réellement au-dessus du lot hier en terminant à plus d’un mètre de ses adversaires, dont Sylvain Pierre-Louis, 2e avec 15,44 m.
Imposant de par sa taille (1,85 m pour 106,2 kg) et sa puissance, Baptiste s’est positionné comme candidat à la médaille d’or aux Jeux des îles et probablement à une qualification à venir des Jeux d’Afrique, prévus du 18 au 31 juillet au Congo Brazzaville, et pour lesquels les minima seraient de 16,80 m, estime Joël Sévère, président du comité technique de la l’Association mauricienne d’athlétisme des Jeux des îles.
Mais pour Bernard Baptiste, 26 ans, l’idée était bien de battre le record national hier, après qu’il s’en est approché à deux reprises cette année en atteignant 16,06 m, puis plus récemment 16,07 m lors des championnats seniors d’Afrique australe les 12-13 juin à Réduit.
« Cela commençait à devenir frustrant. Si je ne l’avais pas fait aujourd’hui (hier), je l’aurais été davantage. Dès mon premier essai (16,20 m), j’ai senti de bonnes sensations », avoue ce médecin qui effectue depuis l’an dernier son internat à l’hôpital de Rose-Belle. Baptiste projeta la boule de fer à 16,38 m au 2e essai, à 16,25 au 4e avant de conclure avec un explosif 16,47 m au 6e et dernier essai. Son coach, Jacques Ramtanon, en fut ravi.
« Il est venu me voir l’an dernier pour que je sois son coach. Il venait de reprendre l’entraînement après un an d’arrêt. Il se situait alors à 14,50 m. Je n’ai pas eu de difficulté avec lui tant il est un athlète appliqué et sérieux. Se surpasser à trois reprises n’est pas évident, mais il conserve encore une belle marge de progression. Je crois qu’il peux atteindre les 17-18 m. Il a déjà réalisé 16,20-16,25 m à l’entraînement. Aujourd’hui, il a sû gérer au mieux son concours. Mais il lui reste a effectuer encore un travail psychologique pour franchir la barre des 17 m. Je lui dis bravo et bon courage ».
L’entraîneur national des lancers, Joël Sévère, qui suivait de près le remarquable concours du nouveau champion, renchérit lui aussi. « S’il s’impose comme un médaillé d’or potentiel des Jeux des îles, il devrait aussi avoir ses chances pour les Jeux d’Afrique. Mais de toute façon, le titre à La Réunion devrait se jouer entre un trio mauricien », s’en réjouit-il.
Avant d’ajouter : « Quand il était en stage cette année en Afrique du Sud, l’entraîneur Sud-Africain avait déjà prédit qu’il pouvait atteindre les 17 m. Depuis, Baptiste a montré des signes de progression. Il est fort et puissant, mais il doit encore se perfectionner techniquement. Il est assurément sur la bonne voie. »
Cette compétition a également été marquée par d’autres performances très significatives dans d’autres épreuves. En sprint masculin et surtout féminin avec Joanilla Janvier au 100 m et Aurélie Alcindor au 200 m. Imposante déjà en série avec 11″73 (vt +2,2 m/s), la Flacquoise récidiva dans la finale en s’imposant avec un prometteur 11″77 (vt +0,2 m). Idem au 200 m pour Alcindor. Créditée de 24″61 en série, elle boucla sa finale en 24″69 (vt +2,5), la victoire revenant à la Swazilandaise Phumlile Ndizinisa (Ciam) en 23″59.
Parmi les trois meilleures athlètes féminins de la compétition, Jessika Rosun s’intercala entre les deux sprinteuses mauriciennes. La lanceuse s’est elle aussi distinguée en battant sa marque personnelle qui passe de 51,68 m à 52,38 m. On peut aussi ajouter les 51,36 m réussis par Mélissa Arlanda au lancer du marteau, synonymes de qualification pour les Jeux d’Afrique.
En sprint masculin, Fabrice Coiffic a démontré qu’il faudra encore compter avec lui aux Jeux des îles avec un titre acquis au 100 m (10″51 (vt +0,2) et une 2e place au 200 m (21″44 vt +0,6), la victoire revenant à Jean-Yan Degrâce en 21″40.
Nous y reviendrons très prochainement avec les résultats complets.