Triple médaillée d'or aux 100/200/4x100 m dames aux derniers Jeux des Iles, Claudine Njarasoa Nomenjanahari poursuivra sa carrière à Maurice sous la coupole de Stephan Buckland

Le Centre Africain de Développement de l’Athlétisme (AADC) précédemment connu comme le High Performance Training Centre de Maurice (HPTC), mais encore le Centre International d’Entraînement de Maurice, accueille pour la saison 2020 deux nouveaux athlètes féminins malgaches qui ont brillé lors des 10es Jeux des Iles à Maurice en juillet (19-28 juillet). Il s’agit de la triple médaillée d’or du 100/200/4×100 m dames Claudine Njarasoa et de la championne de l’heptathlon, Cynthia Félicité. Les deux athlètes ont rejoint donc leur compatriote, le sprinter Franck Todisoa Rabearisoa qui est basé au centre depuis février 2017.

Claudine Njarasoa et Cynthia Félicité sont déjà sur place, car elles sont arrivées de la Grande Iles fin novembre et sont placées sous la coupole du coach Stephan Buckland responsable de sprint au centre avec Georges Vieillesse, et du spécialiste ukrainien Oleksandr Nevskyy qui s’occupe des épreuves combinées. On note que celui-ci s’occupe également depuis cette année de la jeune T-Sha Trapu.

Le sprinter malgache Joany Randriarivo n’a finalement pas réussi son intégration. Il a passé une saison 2019 mais il n’est pas revenu. Mais l’équipe technique est bien en place pour assurer l’animation de cet organisme qui ne compte désormais pas moins de sept autres sur le continent avec ceux situés à Eldoret (Kenya), Dakar, Caire (Égypte) et Lomé (Togo) entre autres.

Les sprinters Dylan Sicobo (Seychelles), Sébastien Clarice et Amélie Anthony (Maurice) évoluent également au centre. La Burkinabée Marthe Koala revient en janvier après une longue saison, nous dit le directeur du centre, Ram Lollchand. En revanche, le Mauricien Fabrice Rajah « n’a pas démontré de l’intérêt à poursuivre sa carrière au centre depuis la reprise en novembre tout comme l’Égyptienne Hoda Hagrass. » Le centre a donc fait appel à Jordan Quirin qui a rejoint Jérémie L’Etendrie (hauteur-décathlon). Quant aux Rodriguaises Vanessa Collin et Claudia Bernard, elles sont basées à Rodrigues. Collin (javelot) s’était blessée au genou à un mois des Jeux de Iles. Le Congolais Florent Lomba spécialistes des épreuves combinées n’a lui aussi pas rejoint le centre en raison de son travail. Par contre, Georges Vieillesse s’occupe de quelques jeunes, notamment, Jérémy Cotte, Geremy Pierrus (400 m), Jérémie Lararaudeuse (haies), Sévérine Moutia (100-200 m) ainsi qu’Aurélie Baptiste, médaillée d’argent du 100 m haies aux Jeux des Iles.

Si le Seychellois Sicobo, médaillé d’or au 100 m en 2017 aux Jeux de la Francophonie à Abidjan (10″33) rentrera à Maurice incessamment, les autres sur place ont déjà renoué avec l’entraînement depuis le 2 décembre. Le Malgache Franck Rabearisoa a eu une année de réussite marquée par un doublé en or aux 400/4×400 m aux Jeux de Iles, ainsi que sa place de demi-finaliste aux Jeux d’Afrique du Maroc (19-31 août) et enfin ses 46’85 réussis au 1er tour aux mondiaux de Doha (27 sept-6 oct).

Quelles sont donc les attentes de 2020 ? Certainement que les deux plus grandes échéances s’avèrent la 22e édition des Championnats d’Afrique d’athlétisme seniors qui se dérouleront du 24 au 28 juin à Alger, mais surtout les Jeux Olympiques de Tokyo, nous dit Stéphan Buckland. Mais il souligne que pour « Tokyo ce sera très dur, mais pas impossible compte tenu des minima très élevés qui sont imposés, et ce par rapport au niveau de nos athlètes. » Pour rappel, le sommet continental avait été initialement prévu à Oran, avant d’être reprogrammé à Alger. L’annonce avait été faite le 17 août dernier à Yaounde par le président de la Confédération africaine de la discipline, le Camerounais Kalkaba Malboum.