La dernière manche de Vital Cross-Country League, disputée hier au Sodnac Wellness Park à Candos Quatre Bornes, a vu la participation de 166 filles et 388 garçons, soit un total de 554 athlètes. Lors de cette ultime épreuve, Mohammad Dookun et Fabienne St Louis ont été sacrés champions de Maurice dans leurs catégories respectives. Le premier nommé conserve même son titre et ce, après avoir survolé cette ligue de cross avec une facilité déconcertante.
C’est par un temps pluvieux et sur un terrain glissant que les 40 participants de la catégorie senior se sont alignés à la ligne de départ de ces 10 km de course à pied. Mais ils ont été trois à disputer le commandement à savoir Mohammad Dookun et Christophe Mootoosamy, tous deux du Curepipe Warriors et Nicolas Boissèque (Gymkhana A.C). Mais c’est Dookun, comme prévu, qui a imposé son rythme pour diriger les opérations. Et c’est alors que commença la chasse à l’homme.
Mootoosamy et Boissèque faisaient tout pour rester dans le sillage du meneur après avoir passé le premier tour du circuit. Le peloton, quant à lui, se faisait peu à peu distancer pour se retrouver à environ 300 mètres du trio de tête. D’ailleurs, ce groupe, composé de plus d’une trentaine de coureurs, ne rattrapera jamais son retard sur les trois hommes.
Après le deuxième tour, Mohammad Dookun décide de passer à la vitesse supérieure où seul Christophe Mootoosamy parvient à le suivre. Mais après avoir lancé la course sur un rythme effréné, Dookun a fini par flancher. Mootoosamy lui, multipliait ses efforts pour remonter son adversaire pour se retrouver en première position dans le dernier tour. Mais ceci n’a pas duré longtemps puisque Mohammad Dookun, à environ 600 mètres de l’arrivée, a placé une accélération pour déposer son ami sur place et filer tout droit vers la victoire.
Il s’impose avec un chrono de 33.44 devant Christophe Mootoosamy (34.04) et Jean-Luc Vilbrim (34.39) du Gymkhana A.C qui monte sur la troisième marche du podium. « C’était une course très difficile. D’ailleurs, j’étais essoufflé dès le premier tour car je voulais à tout prix garder mon rythme ce qui fait que j’ai commencé à être fatigué très vite. Je me suis même fait une entorse à la cheville. Mais à la fin, mon désir de remporter la course était plus grand et j’ai dù puiser énormément dans mes ressources pour franchir la ligne d’arrivée en vainqueur », nous dit Mohammad Dookun.
Chez les seniors/juniors dames, la lutte entre Fabienne St Louis et Prisca Manikion n’a duré qu’un tour. C’est finalement la Rodriguaise Antoinette Milazar qui s’est lancée à la poursuite de Fabienne St Louis tout en lui mettant constamment la pression. Mais cette dernière, une fois lancée, n’a jamais pu être rattrapée. Elle est montée sur la plus haute marche du podium avec un chrono de 23. 54. Antoinette Milazar (23.59) termine en deuxième position alors qu’Aurélin Agathin (23.59) du Quatre-Bornes A.C complète le podium.
Malgré avoir remporté la médaille d’or, Fabienne St Louis reconnaît quand même que Antoinette Milazar lui a causé quelques frayeurs.   » Rien qu’à le regarder courir, on constate qu’elle est puissante. À chaque fois que je jetais un coup d’oeil derrière moi, elle se rapprochait de plus en plus. Heureusement que ma tactique d’accélérer très trop et de prendre un maximum d’avance s’est avérée payante », fait-elle ressortir.