Mélissa Arlanda au marteau féminin et le sprinter Jonathan Permal, auteur d’un doublé au 100-200 m, ont été les deux athlètes les plus en vue lors des championnats de Maurice d’athlétisme Vital disputés samedi et dimanche au stade de Bambous. La lanceuse s’est distinguée en validant sa place pour le rendez-vous continental (10-14 août Maroc) en réalisant 49,09 m (minima 48,00 m). De retour de Jamaïque, Permal s’est avéré le plus rapide au 100 m en 10″59 et sur le double hectomètre en 21″29, face à un vent opposé.
Déjà début mars, Mélissa Arlanda avait repoussé ses limites personnelles au marteau, portant sa référence de 46,10 m à 47,85 m. Et hier, la junior a frappé plus fort en se qualifiant cette fois pour les championnats d’Afrique seniors, ce qu’aucun autre athlète féminin ou masculin n’a pu réaliser ces deux jours durant. Les sprinteuses Joanilla Janvier et Aurélie Alcindor s’étaient pourtant positionnées pour être couronnées — la table de cotation de l’IAAF faisant foi — suivant leur deuxième place obtenue aux 100 m et 200 m respectivement. Mais en tenant compte du fait qu’elles furent toutes deux dominées par l’irrésistible Seychelloise Joanne Loutoy (11″86 et 24″96), il semblait plus juste aux organisateurs de privilégier le tour de force réussi par Mélissa Arlanda.
« Entre une athlète ayant réussi les minima africains et deux autres qui ont été battues dans leur épreuve, le choix en faveur de la première nommée est plus que logique », explique l’entraîneur national des lancers, Joël Sévère, également membre du comité technique de l’AMA. Joanne Loutoy s’impose donc comme une sacrée cliente pour le doublé l’année prochaine aux Jeux des îles.
Par contre, la désignation de Jonathan Permal n’a souffert d’aucune contestation. Médaillé de bronze au 200 m aux Jeux de la Francophonie à Nice et double médaillé d’argent au 200 m et au 4×100 m des championnats d’Afrique juniors à Maurice l’an dernier, le sprinter a confirmé sa régularité et sa montée en puissance à l’approche des prochains Jeux du Commonwealth à Glasgow (23 juillet-3 août).
Mais attention tout de même à Jean-Yan Degrâce, dont les deux mois et demi passés au Centre international d’athlétisme de Dakar se sont avérés payants. Celui-ci a talonné Permal au 100 m en 10″63 et au 200 m en 21″84. À 19 ans, il devrait pouvoir aller plus vite. Il acquiesce et raconte : « Après mon arrivée à Dakar, j’ai soigné une blessure aux ischio-jambiers pendant deux semaines. Je m’en suis bien remis et mes rapports sont plutôt favorables. Là-bas, mes coaches ont trouvé que je peux courir encore plus vite et que je suis prêt à côtoyer le haut niveau. Ici, c’était seulement mon 4e 100 m et mon premier 200 m cette année. J’avais couru en 10″59 et 10″77 avant mon départ ainsi qu’en 10″78 aux championnats d’Afrique juniors l’an dernier. Aujourd’hui (dimanche dernier), j’ai amélioré ma marque personnelle au 200 m qui se situait encore à 22″73. Mais je n’étais pas à fond. Je suis extrêmement satisfait et remercie tous ceux qui m’ont aidé à progresser. »
Au chapitre des doublés, on retiendra aussi celui du junior Orwin Émilien, toujours intraitable aux 400 m et 400 m haies. Sa performance de 53″23 sur les haies lui offrit le titre de 2e performeur de la compétition derrière Permal, tout comme Jessika Rosun au classement féminin. Elle réalisa 48,47 m au javelot dames.
Après la tenue de cette compétition, le suspense restait entier quant à la sélection mauricienne en vue des championnats d’Afrique du Maroc. Celle-ci a été arrêtée hier après-midi après concertation et en fonction des performances qui seront jugées en hausse ou en baisse.