L’athlétisme mauricien s’affrontera deux jours durant, soit  aujourd’hui et demain, lors des Championnats de Maurice Vital prévus au stade de Réduit. Ultime et impitoyable rendez-vous pour la plupart des athlètes pour confirmer leur billet aux prochains Jeux des îles (1er-9 août), alors que d’autres tenteront d’accrocher le dernier wagon.
Dénombrée à 85 athlètes hommes et dames confondus au départ, la présélection a été déjà réduite à 65 éléments. Et dimanche après la compétition, le verdict tombera tel un couperet. Le nombre passera au maximum à 60 athlètes, soit 30 dans chaque genre. Les retardataires sont prévenus : sans minima, ils pourront dire adieu à la sélection
n. On parle ici des minima moins rigoureux établis par le Comité d’organisation des Jeux (Coji Réunion) et surtout ceux plus élevés imposés par l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA). En clair, il faudra que tous les sélectionnés aient satisfait au moins deux fois l’un ou l’autre barème de qualification. Valeur du jour, ils sont entre 24 à 26 hommes et une 20e chez les dames à s’être déjà acquittés de la condition sine qua non, nous dit Joël Sévère, président de la commission technique dans le cadre des 9es Jeux et entraîneur national des lancers.
« Il reste encore quelques places à prendre pour compléter la sélection. Sans minima, ces places ne seront pas acquises ». Par contre, il se veut rassurant par rapport au nombre de qualifiés par épreuve. « S’il sont plus d’un à avoir réalisé les minima de l’AMA dans la même épreuve, ils seront tous sélectionnés. C’est le cas par exemple aux lancers du poids hommes (trois qualifiés) et javelot dames, et en sprint ». La liste définitive est constituée à 90% et il ne reste plus au comité technique que de décider des athlètes qui peuvent doubler voire tripler, dépendant des chances qu’ils détiennent dans les épreuves où ils sont qualifiés.
C’est en demi-fond et fond où se compte le plus grand nombre de présélectionnés que la trappe a toutes les chances de se refermer. On pense précisément aux 5 000 m et 10 000 m, 3 000 m steeple hommes, mais encore au saut en hauteur où ils sont cinq à toujours buter sur les minima pourtant pas tant inaccessibles (2,08 m) et même aux 400 m, épreuve où seul Jonathan Bardotier a réalisé en 48″03 les minima réunionnais (49″0/49″24).
Il faut bien au moins quatre coureurs du même niveau pour composer un quatuor de relais 4×400 m digne de ce nom. C’est quand même inconcevable de l’imaginer en sachant qu’il y a moins d’une décennie, des coureurs à moins de 48″00 se livraient une farouche bagarre pour composer la sélection finale du relais. En féminin, la qualification n’est toujours pas acquise aux 100 m haies, 400 m haies, disque, 5 000 m et 10 000 m, des épreuves où Malgaches et Réunionnaises prédominent.
Le pire scénario qui pourrait priver l’un ou l’autre d’une sélection déjà acquise : une blessure ou une absence injustifiée à la compétition. « Par contre, une maladie dans le pire des cas peut faire l’objet d’une exception si l’athlète concerné aura déjà répété auparavant les minima. Sinon, il est condamné, surtout en cas de blessure. Car dans un mois, une guérison totale est peu probable ».
Une chose est néanmoins sûre : tous les athlètes qui ont été maintenus en présélection sont tenus de s’aligner demain et dimanche. Ceux d’entre eux qui étaient encore en stage de compétition à l’étranger rentrent aujourd’hui avec, entre autres, Paramasiven Sammynaden et Jonathan Bardotier. Le marcheur Jérôme Caprice, qui évolue à Dublin, sera le grand absent de la sélection puisqu’il n’a pas donné signe de vie, selon le président de la commission technique. L’absence du médaillé d’or de Mahé du 10 000 m marche pèsera lourd dans la balance.
Mais au-delà du simple fait de s’imposer ce week-end, « le plus important est de prouver que l’on est capables de rivaliser avec les adversaires de la zone. Le niveau est logiquement plus élevé quand on est appelés à représenter son pays ». Ça passe ou ça casse pour ceux et celles qui se trouvent encore au portillon de la sélection.
À noter qu’une assez forte délégation de La Réunion composée de 11 athlètes est inscrite à ces championnats, tout comme celle de Rodrigues avec 17 athlètes à surveiller surtout dans les épreuves de lancers.