Les athlètes avaient rendez-vous samedi avec les Championnats de Maurice Vital, compétition qui leur offrait une dernière chance de se qualifier pour les Jeux de la Francophonie qui se tiendront en Côte d’Ivoire du 20 au 31 juillet. Même si aucun record national n’a été enregistré, la compétition a servi de préparation à ceux ayant déjà satisfait les minima.
Selon le président de l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA), Vivian Gungaram,  il y a eu de bonnes performances. Les meilleurs athlètes de la rencontre sont en féminin Joanilla Janvier, qui réalise 12″04 au 100 m (984 pts), Liliane Potiron au triple saut (12,48 m – 949 pts) et Aurélie Alcindor au 200 m (25″25 -919 pts). En masculin, Jonathan Bardotier, bien que battu sur 200 m par le Seychellois Dylan Sicobo, s’adjuge le titre avec un chrono de 21″35 (1017 pts). Il devance le nouveau champion du 100 m Jean Daniel Lozereau (10″65 — 993 pts) et le triple sauteur Alexandre Gentil, auteur d’un bond de 15,24 m (978 pts). Lozereau a été également dominé sur la ligne droite par Sicobo, celui-ci crédité de 10″38.
« Les athlètes se sont bien comportés dans l’ensemble, mais l’on s’attend qu’ils se montrent également disciplinés. Nous avons pu voir en action une bonne équipe. Il y a 14 athlètes qui feront le déplacement à Abidjan », fait-il ressortir. À un mois de l’échéance, « on ne s’attend pas forcément à des records. Je préfère qu’ils donnent le meilleur d’eux à Abidjan », ajoute-t-il. « Les entraîneurs et les athlètes sont plutôt satisfaits. Nous sommes sur la bonne voie. »
De retour des États-Unis, Aurélie Alcindor laisse entendre que c’était sa première sortie depuis qu’elle est rentrée il y a trois semaines. « C’est ma première course et ma deuxième de la saison en plein air. » Elle réalise le doublé 200-400 m avec des chronos de 25″25 et 58’’21. Elle avait réalisé les minima francophones l’année dernière au 200 m en 24″23 lors des Championnats d’Afrique à Durban. « Je craignais de ne pas finir ma course aujourd’hui, donc j’ai beaucoup hésité. Je sais que je peux faire mieux en termes de performances, mais je suis satisfaite de mon quatrième titre consécutif. Mon coach, Éric Milazar, m’a beaucoup aidée depuis que je suis de retour. J’essaie encore de me perfectionner au 400 m. »
Quant à Orwin Emilien, également rentré des États-Unis jeudi dernier, il soutient que depuis le début de l’année, il n’a couru que le 400 m, épreuve où il sera engagé à Abidjan. Il s’impose en 48″70. « En voulant partir plus vite aujourd’hui (samedi) sur les premiers 50 m, je me suis fait une petite blessure, heureusement sans conséquence. Toutefois, cela m‘a fait mal pendant ma course. Depuis que je suis rentré, je n’ai presque pas dormi non plus. Donc, cela a impacté sur ma performance », souligne le sprinter. Il en sera à sa première participation aux Jeux de la Francophonie. Il avait réalisé les minima en courant en 46″00.
Du côté des épreuves de lancer, Bernard Baptiste réalise une marque de 16,90 m au poids, performance qui lui offre logiquement la victoire sans forcer. Il est également déjà qualifié pour les Jeux de la Francophonie (minima 16,40 m) . « Il n’y avait pas vraiment d’enjeu pour moi aujourd’hui (samedi) et j’étais un peu fatigué. Nous avons commencé un nouveau plan d’entraînement et je souhaite pouvoir réaliser un lancer allant au-delà des 17,50 m pour les Jeux », fait ressortir le médecin.
Le président de l’AMA prévoit un stage résidentiel pour les 14 athlètes sélectionnés en vue des Jeux de la Francophophonie. Ce stage est prévu du 3 au 12 juillet. Ils seront tous logés à Villa Caroline et s’entraîneront au stade Germain-Comarmond à Bambous.