Alors qu’il nous avait confié en 2008 que toutes les perspectives seraient ouvertes une fois son départ à la retraite en 2010 de l’Éducation nationale française, l’ancien directeur technique du Centre international d’athlétisme de Dakar (Ciad) Alain Smail a été récemment approché par l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA) pour venir entraîner à Maurice. Il nous revient en effet que le ministère de la Jeunesse et des Sports aura déjà donné son accord de principe pour que l’entraîneur soit en poste dès janvier 2014.
C’est ce que nous a déclaré ce matin le secrétaire général de l’AMA et responsable du dossier, Vivian Gungaram. Autant dire que les négociations ont atteint un stade très avancé et que le projet est virtuellement conclu, sauf imprévu. « Le MJS a déjà donné son aval, mais il nous reste à négocier les conditions financières. Alain Smail devrait être là à partir de janvier 2014 », affirme-t-il.
Alain Smail avait été entraîneur de sprint et haies au Ciad, de même que directeur technique (2006-08) et au service de la Conféjes et de l’athlétisme africain. Par la suite, il avait été affecté à Mayotte. Si l’expertise du Français a été recherchée en sprint et haies, c’est principalement pour renforcer ce secteur qui, depuis quelques années, bat de l’aile, constate Vivian Gungaram. « C’est pourtant bien là que se situera notre force aux Jeux des îles 2015. Il nous faut donc un entraîneur de calibre pour rehausser le niveau. Et je pense sérieusement que nous obtiendrons satisfaction. »
Le retrait de Stephan Buckland et d’Éric Milazar de la scène nationale et internationale aura en effet laissé un grand vide que la relève arrive difficilement à combler. L’arrivée d’Alain Smail devrait donc dans un premier temps s’insérer dans la perspective des prochains Jeux des îles à La Réunion et même s’étendre jusqu’aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 si les résultats sont concluants.
Les tractations autour de sa venue avaient débuté en avril. Au Ciad, Alain Smail s’était occupé pendant une année (2007-08) de deux athlètes mauriciens, en l’occurrence Fabrice Coiffic (sprint) et Antonio Vieillesse (haies). Ses fréquents passages à Maurice dans le cadre du meeting international l’avait parallèlement conduit à animer des stages destinés aux jeunes athlètes africains du groupe Conféjes.