Alors qu’il menait avec « une vingtaine de minutes d’avance », le Mauricien Judex Durhône s’est égaré sur les derniers 2 km du trail de St-Benoît couru deux dimanches de cela à l’île soeur. Résultat : il s’est retrouvé pendant un moment 15e avant de terminer tout de même sa course à la 3e place en 1h37’48 au terme d’un parcours de 19 km.
Le Dionysien d’adoption, comme il se fait appeler chez les voisins, puisqu’il est licencié à l’Entente du Nord 974 Saint-Denis, en fut atterré. « Je me suis égaré. J’ai dû remonter un lot de coureurs pour rejoindre ceux que j’avais déjà distancés. Mais en terminant 3e, j’ai su au moins que j’étais en bonne forme actuellement », raconte le Mauricien.
Au lieu de 19 km, il aura donc parcouru 21 km. Toutefois, il n’était pas le seul à connaître cette mésaventure puisque ses cinq plus proches poursuivants devant lesquels il caracolait seul en tête aux trois-quarts de la course ont connu le même sort.
Judex Durhône avait alors déjà course gagnée. Il avait fait le plus dur et se dirigeait seul et à vive allure vers l’arrivée située au stade de l’Ilet quand, arrivé dans une zone qui était moins balisée, il prit la mauvaise direction dans les champs de cannes… Derrière lui s’engouffrèrent également les Réunionnais Thierry Ganofsky, Didier Baret, Dany Poudroux et bien d’autres qui les suivaient.
Et le temps que les organisateurs de la course se rendent compte de l’erreur, il était trop tard. Les “égarés” ont fait 2 km de plus que les autres… Durhône fit alors demi-tour et ne sera pas reclassé devant conformément aux règlements du trail. D’où la nécessité de faire à l’avance le repérage du parcours.
Ce trail dont c’était la première édition était organisé dans la commune de l’Est. La victoire est revenue finalement à Stephane Pèdre en 1h34’04 devant Jean-Ludovic Nativel en 1h34’58, les deux signant le doublé pour l’AC Saint-Benoît. La course comportait 1 100 m de dénivelé total. La gagnante chez les dames fut Myrielle Hoareau en 2h08’46.