Judex Durhône n’en revient pas. Privé d’une victoire pour une erreur d’aiguillage dans deux précédentes sorties, il a enfin conjuré le mauvais sort dimanche à l’île soeur en s’imposant avec autorité dans la troisième édition de la Trans-Cinor, qui se courrait de St-Denis à Ste-Suzanne. Une victoire qu’il n’est pas prêt d’oublier tant il avait la rage de vaincre. « J’ai couru avec rage pour prouver que je pouvais encore gagner et faire taire les mauvaises langues qui disaient le contraire », déclare le coureur de l’Entente du Nord 974 Saint-Denis.
Le Mauricien n’avait que son courage pour oublier ses deux précédents échecs subis en septembre dans le Trail de St-Benoît (10 km) et dans celui de St-Denis le mois dernier. Dimanche, il a survolé la course qui s’est déroulée dans les sentiers du littoral sans aucun souci et surtout en comptant avec l’encouragement du public réunionnais tout au long du parcours. « C’est une belle victoire. Les Réunionnais m’ont soutenu jusqu’au bout pour que je gagne. Ils me disaient que cette fois je n’allais pas m’égarer, car ils étaient avec moi. Je suis vraiment content d’avoir gagné, tellement content que j’en avais les larmes aux yeux à l’arrivée. C’est ma première victoire cette année », confie-t-il au Mauricien.
À St-Benoît, il avait été privé d’une victoire facile lorsqu’il fut dirigé dans la mauvaise direction à 3 km de l’arrivée. Idem à St-Denis où il avait pris une belle avance sur ses adversaires avant de s’égarer. À tel point qu’il avait fini par croire qu’on ne voulait pas qu’il gagne à La Réunion. Mais plus cette fois. « C’est aussi une belle revanche, car on disait que Durhône le Mauricien était fini. Mais j’ai prouvé le contraire. J’avais envie de gagner. Sur le parcours, on m’encourageait. Cela m’a vraiment fait du bien d’entendre cela et j’étais gonflé à bloc », raconte Durhône, deuxième l’an dernier dans cette même course, mais courue dans l’autre sens.
Durhône est resté dans le sillage du Réunionnais Jean-Marie Cadet, qui fit exploser très tôt le peloton. Il a fait une partie du parcours en retrait avant de revenir en force sur le fuyard au 5e kilomètre, creusant rapidement un écart décisif et bouclant ce long raid de 21 km qui passait par Sainte-Marie, la Convenance et la Ravine des Chèvres « sans se retourner. »
Ils étaient 600 coureurs à avoir foulé le parcours. Judex Durhône a été crédité de 1h16’43 contre 1h17’30 à Cadet, alors que Didier Govin et Alain Lami ont terminé 3e en 1h19’50 et 4e en 1h21’13 respectivement. Durhône a déjà annoncé qu’il sera au départ d’un 10 km de St-Denis qui se courra en partie sur le littoral et sur route dimanche prochain.