Michael Glover en avait longtemps rêvé. La mise en place d’une unité Pôle Espoir, filière sport-études, en athlétisme a longtemps était un rêve caressé par le Chief Executive du Trust Fund For Excellence In Sport (TFES). Ce rêve qui est aussi celui de Daniel André, entraîneur de son état mais aussi un des responsables du comité régional d’athlétisme dans l’île autonome depuis des années, s’est concrétisé mercredi lors de la signature des contrats entre les neuf sélectionnés pour ce projet et le TFES qui s’était déplacé dans l’île par le biais de son président, Désiré Tsang, et Michael Glover lui-même. Une signature de contrat qui s’est faite devant le Chef Commissaire Serge Clair et le commissaire aux sports, Ismael Valimamode.
Comme l’a souligné avec raison  la maîtresse de cérémonie, Jessika Rosun, à l’hôtel Pointe Venus, une occasion unique qui est offerte à ces jeunes de moins de 16 ans. Fort de son expérience comme  titulaire d’une bourse du TFES, la spécialiste du lancer de javelot, toute en beauté mercredi dernier, a expliqué que ses performances lui ont permis de terminer un premier cycle d’études à l’Université de Maurice et d’entamer un nouveau cycle pour devenir professeur de collège. Un point sur lequel Michael Glover, le Chief Executive du TFES, n’a pas manqué de s’appesantir dans son intervention face à un auditoire attentif. «D’abord, je dois dire que si ce Pôle Espoir voit le jour,  c’est qu’il y a eu la collaboration de toutes les instances du sport à Maurice comme à Rodrigues. Je suis de ceux qui croient qu’on ne peut pas récolter des fruits qu’on n’a pas planté. Ou pas pou capave casse manque qui ou pas fine planté. C’est la raison pour laquelle la présence du Chef Commissaire et du commissaire aux Sports parmi nous est très importante. Avec leur soutien, nous sommes en train, à travers vous, de planter les arbres qu’il faut pour nous donner les fruits que nous recherchons», a soutenu Michael Glover.
C’est un peu dans ce même état d’esprit que Azarias Baptiste s’est adressé à l’assistance composée des athlètes, des parents et les recteurs des collèges concernés par ce projet. «Le Pôle Espoir est, en fait, la reconnaissance du potentiel du sport de Rodrigues.  L’arrivée de ce Pôle Espoir avec le soutien du TFES nous apportera le soutien financier et l’infrastructure nécessaire pour le développement de notre discipline», a évoqué le président du Comité Régional d’Athlétisme. L’arrivée  aussi  d’une autre bonne nouvelle pour l’athlétisme de Rodrigues dont les conditions d’entraînement depuis ces trois dernières années sont exécrables. Le commissaire aux Sports, Ismael Valimamode, a indiqué dans son intervention que la nouvelle piste devrait être prête d’ici le mois d’octobre. «Nous travaillons également avec les autorités compétentes pour remettre le stade Camp de Roi au goût du jour, mais déjà une chose est acquise, c’est la toute nouvelle installation d’une piste d’échauffement longue de 70m avec 4 couloirs», a relevé Ismael Valimamode qui a demandé aux neuf jeunes de ne pas «fail dans zot lengagement.» «C’est une nouvelle porte qui s’ouvre pour le sport  rodrigues, alors gardons-la ouverte pour les autres et nous mettrons à votre disposition les moyens de réussir», dira-il.
Clair: «Capave ou pas capave?»
Pour le Chef Commissaire, c’est avant tout la discipline qui doit compter pour ces jeunes. «Le sport a toujours façonné l’homme, car le sport forme le corps et l’esprit. C’est pourquoi je vous pose avant tout la question: kot nous pé aller? Où voulez-vous aller en faisant du sport. Le Rodriguais peut être aussi bon que le Mauricien, le Réunionnais, l’Africain ou l’Européen. Il suffit qu’on croit dans ce qu’on fait et qu’on applique la discipline dans ce qu’on fait. La démarche de Michael Glover et de son équipe est une décision révolutionnaire. Moi, lorsque j’étais  à Maurice dans les années 50 après la mort de mon père, à l’école, on me disait Cabri Rodrigues. J’ai jamais répondu et Dieu sait comment j’ai souvent eu de ces remarques.  J’ai jamais répondu car il faut tirer le meilleur de ces situations. Il faut  montrer que vous êtes capables de faire mieux et qu’après on parlera de vous pour ce que vous avez fait. Le sport, c’est aussi avoir une intelligence. L’intelligence de trouver la bonne technique pour gagner un match ou encore l’intelligence pour battre un record. Alors capave pas capave?», s’est interrogé le Chef Commissaire.
Comme un cri de guerre, les athlètes ont répondu un OUI qui a résonné dans la salle. C’était aussi l’occasion pour le TFES de récompenser financièrement les deux athlètes de Rodrigues qui font parler d’eux actuellement. Il s’agit d’Adrien Gaspard et de Claudia Bernard qui ont tous deux reçu un chèque de Rs 5000. Comme le dit l’adage jamais un sans deux, ni deux sans trois. Les discussions sont désormais engagées avec les comités régionaux de judo et de boxe pour la mise en place d’un Pôle Espoirs. La lutte aurait pu être de la partie, mais le comportement de Richard Papie vis-à-vis de cette discipline risque de compromettre les chances.