C’est avec beaucoup de regrets que Le Mauricien a appris le décès de l’athlète vétéran Raindy Lily, 38 ans, survenu mardi après-midi sur le parcours de santé de Trou-aux-Cerfs à Curepipe. Elle venait de terminer ses séances qu’elle fait d’habitude en compagnie de son entraîneur Philippe Armand et des athlètes du Curepipe Warriors Club quand elle fut subitement prise d’un malaise et s’effondrait.
Il était 16h30 environ quand le drame s’est produit dans la zone située tout près des toilettes réservées au public. Un touriste français, sapeur-pompier de profession, a tenté de la réanimer en effectuant un massage cardiaque aidé de respiration artificielle, mais en vain, avons-nous appris. Au moment des faits, des témoins oculaires croyaient que l’athlète avait été prise d’une crise d’épilepsie. Mais au bout de quelques minutes seulement, son entraîneur constata qu’elle n’avait plus de pouls.
« Quant elle s’est effondrée, son entraîneur lui a porté secours et lui a mis sa main sous la tête. Alerté, le service des urgences (SAMU) est aussitôt arrivé. Mais c’était déjà trop tard », nous confie encore bouleversée Brigitte Écumoir, témoins oculaire et membre du club Curepipe Harlem. Un autre témoin confie que Raindy Lily lui disait après avoir termné ses entraînements qu’elle avait eu une bonne séance et que cela lui avait fait du bien…
Le mari de la défunte, Johny Lily, plus connu sous le nom de “Gaston” par ses amis, fut aussitôt prévenu que son épouse avait été victime d’un malaise. Car sur le coup, personne ne pouvait affirmer que la victime avait déjà succombé. Johny Lily est très actif à l’occasion de l’organisation des compétitions nationales d’athlétisme.
Plus tôt en arrivant sur le site d’entraînement, Raindy Lily lançait sur un ton joyeux à Brigitte Ecumoir que, le temps d’un tour de chauffe, elle reviendrait lui parler. « En passant devant moi, elle me disait en rigolant qu’elle avait des calories à éliminer après les fêtes de fin d’année. Après deux tours d’échauffement, on a effectivement bavardé comme on le fait d’habitude. Puis, elle a commencé ses entraînements. C’était notre dernière conversation… »
Raindy Lily brillait par son humeur toujours joyeuse à l’occasion de la ligue nationale de cross-country. Cela faisait plusieurs années qu’elle y prenait le départ, d’abord avec les seniors, puis avec les vétérans depuis trois ans. Elle était aussi devenue depuis tout récemment une habituée de courses sur route. Elle a toujours terminé toutes ses courses et jamais en marchant.
Quand elle s’est effondrée, elle était toujours vêtue de son cuissard et de son débardeur du Curepipe Warriors Club. Alertés, Vivian Gungaram, secrétaire général de l’Association mauricienne d’athlétisme, ainsi que le ministre Devanand Ritoo sont arrivés sur les lieux rapidement avant que la défunte ne soit évacuée avec l’autorisation de la police.
Selon le rapport d’autopsie, Raindy Liily a succombé à une hémorragie pulmonaire. Elle a rendu l’âme dans les bras de son coach. Elle laisse derrière elle deux enfants, le plus jeune âgé de 17 ans qui a passé ses examens de SC et l’aîné, âgé de 20 ans, qui attend ses résultats de HSC. Johny et Raindy Lily s’étaient unis en 1992.
Les funérailles de Raindy Lily ont eu lieu mercredi à 15h30 en l’église Sainte-Thérèse à Curepipe. La rédaction sportive du Mauricien exprime ses condoléances les plus vives à sa famille.