De nombreux coureurs étrangers prendront le départ de la 5e édition du Marathon International Orange dimanche matin à Mon-Choisy. La course vedette de 42,195 km et celle du semi-marathon (21,1 km) prévues à 7h risquent d’être écrasées par le rouleur compresseur kenyan tant les coureurs des hauts plateaux se présentent en plus grand nombre, soit 12 pour les titres du marathon et cinq pour ceux du semi-marathon hommes et dames.
Face à la horde kenyane se dresseront quelques coureuses éthiopiennes qui seront dangereuses à la fois dans les deux courses. À l’instar de la dénommée Worknesh Shashe Oda qui fait figure d’épouvantail avec ses 2h40’44 au marathon et sa compatriote Alem Fikre Kifle qui détient sur le papier le temps le plus rapide au semi avec 1h13’12.
Ces deux coureuses risquent de mettre le feu aux poudres, d’autant qu’elles auront respectivement $ 2 000 (?Rs 60 000) et $ 1 500 à gagner. Mais on surveillera aussi la Kenyane Esther Mwikali Makau qui sera en embuscade avec ses 2h45 au marathon. Les vétéranes mauriciennes Joëlle Cotte et Julie Chaber sont les seules en lice au marathon dames.
L’an dernier, ces primes étaient revenues à la Kenyane Salome Jepkoech Kimutai qui avait signé le temps de 3h00’45 au marathon tandis que sa compatriote Bornes Jepkirui Kitur s’était imposée au semi en 1h15’51.
Les mêmes primes reviendront aux vainqueurs du marathon et du semi-marathon hommes. Et là, il s’agit de savoir qui succédera au palmarès au Malawite John Edon Eldone Kayange, auteur d’un chrono de 2h23’20 au marathon l’an dernier. Cette course pourrait donner lieu à une lutte à quatre, voire à cinq, entre les Kenyans Hussein Rutto qui vaut 2h12’58, Abraham Kiprotu (2h14), Niorman Kimaru Kipyator (2h13), Jacob Kibet Kanda (2h15) et Josephat Kimutai Koech (2h19). Pour les contenir, l’Éthiopien Mohamed Temam Husein aura vraiment fort à faire avec ses 2h12’58.
Il en sera bien davantage pour les 13 coureurs mauriciens qui ne manqueront néanmoins pas de courage dont Judex Durhône, Jean-Luc Vilbrim, Christophe Maréna et Nitesh Soondun.
Sur 21,1 km, les Kenyans Robert Kiptoo Kirui et Jams Lowin Chemaringo seront de loin intouchables s’ils arrivent tout au moins à rééditer leur meilleur temps qui se situe respectivement à 1h02’44 et 1h02’00 piles. Mais un troisième Kenyan, nommément Justus Kemboi Chemweno, avec son temps de 1h04’32 et à un degré moindre le Français Laurent Lenclud (1h11’44), les Mauriciens Dharamjai Jeetun et Xavier Verny, les Malgaches Fulgence Rakotondrasoa et Miliasy Fitohiza ainsi que le Réunionnais Jean-Louis Prianon pourraient leur faire de la résistance.
D’autres coureurs et coureuses venant de Tanzanie, du Zimbabwe, du Lesotho, de Zambie, des Comores, d’Angleterre, de Rodrigues, d’Australie, du Swaziland et d’Inde participent aussi à ces deux courses.
Les 2es et 3es du marathon et du semi-marathon hommes et dames empocheront dans le même ordre $ 1 500 et $ 1 000 et $ 1 000 et $ 700 chacun. Les cinq meilleurs coureurs locaux seront également récompensés au marathon hommes et dames en recevant Rs 25 000, Rs 15 000, Rs 10 000, Rs 5 000, Rs 3 000, et Rs 15 000, Rs 10 000, Rs 5 000, Rs 3 000 et Rs 2 000 pour le semi-marathon. Des primes seront aussi offertes aux vétérans hommes et dames pour la course de semi-marathon.
Une course de 10 km introduite cette année sera dotée de primes en masculin et féminin ainsi qu’aux handisportifs. Une fun run de 4,6 km prévue à 8h30 sera également à l’affiche pour les membres du public.
Pour rappel, le marathon partira de Mon-Choisy en direction de Pereybère, Bain-Boeuf et retour vers Mon-Choisy, Trou-aux-Biches, l’hôtel Maritim Balaclava et retour à Mon-Choisy pour l’arrivée. Le semi-marathon se courra de Mon-Choisy à Bain-Boeuf et retour.
La plupart des coureurs en lice pour le semi et le marathon seront pour la première fois munis d’un transpondeur (puce) qui indiquera instantanément leur temps lorsqu’ils franchiront la ligne d’arrivée. Les organisateurs ont commandé quatre cents pièces de La Réunion.