À la veille du coup d’envoi des compétitions d’athlétisme, l’entraîneur Joël Sévère affichait l’optimisme quant aux chances mauriciennes. Pour lui, pas de doute possible : Maurice remportera au moins 10 médailles d’or, handisport mis à part.
« Je pense honnêtement que la sélection mauricienne remportera un nombre de médailles d’or oscillant dans la fourchette de 10 à 14. Selon moi, on ne peut obtenir moins de 10 médailles d’or. Maintenant, si nous en obtenons davantage, ce sera encore mieux », expliquait Joël Sévère hier lorsque nous l’avons rencontré au stade Popiler.
Il reconnaît toutefois qu’en demi-fond, soit sur 800 m à monter, les Malgaches seront difficiles à battre. « Sur ces distances, Madagascar a deux athlètes en lice. Ils pourront s’organiser tactiquement. Un des deux pourra durcir la course pour avantager son coéquipier », analyse l’entraîneur. Mais selon lui, Annabelle Lascar, qui devait être engagée sur le 1500m cet après-midi, peut très bien tirer son épingle du jeu. Au 10 000m marche, il voit bien Jérôme Caprice réussir un truc.
Du côté des lancers, le camp mauricien a des chances aujourd’hui. Au marteau hommes, Nicholas Li Yung Fong est bien placé. Au poids dames, Bernadette Ravina tentera d’honorer comme il se doit sa cinquième participation aux Jeux, alors qu’au disque masculin, Elvino Pierre-Louis, dans une forme ascendante ces derniers temps, pourrait bien s’illustrer.
Les séries du 100 m devaient être disputées cet après-midi et le but sera que les quatre Mauriciens engagés se qualifient pour les finales prévues demain. En masculin, les regards seront bien évidemment braqués sur Fabrice Coiffic, qui avait décroché trois médailles d’or à Tana il y a quatre ans.
« Je me sens prêt. La piste est très bonne. Mon entraînement s’est bien passé et il me reste à confirmer. Mais il faudra rester concentré jusqu’au bout car au 100 m, une fraction de seconde d’inattention coûte très cher », confiait-il hier.
Fabrice Coiffic dit ne craindre aucun adversaire en particulier, mais ne veut pas non plus faire preuve d’excès de confiance. « Je veux juste m’appliquer. En série, je vais voir au juste quel est le niveau de mes adversaires. Il y a aussi un vent de face mais j’y suis suffisamment habitué car au stade de Bambous où je m’entraînais, il y en avait toujours », dira celui qui est considéré comme le grand favori en sprint.
Chez les filles, Mary-Jane Vincent et Élodie Pierre-Louis, qui fait montre de belles dispositions cette année, devraient passer le stade des séries et, par la suite, viser le podium.
Les éliminatoires du 400 m sont aussi au programme cet après-midi. Chez les hommes, les deux représentants mauriciens sont Éric Milazar et Fernando Augustin. Le premier nommé retrouve la piste du stade Popiler 18 ans après. Il était, à l’époque, remplaçant au sein de la sélection.
« Je me sens en bonne forme. Il fait un peu chaud mais il faut faire avec. Cela me fait un grand plaisir et une grande fierté de retrouver la piste du stade Popiler », lâche l’emblématique quarter-miler.
« L’équipe est prête à passer à l’action »
Parlant de la compétition, il dira qu’il ne veut pas se mettre de pression inutile. « En série, je vais prendre mes repères et je vais voir le niveau de mes adversaires. Il faut d’abord passer cette première étape avant de songer à la finale. Je ne veux pas me mettre la pression, je fais le vide. En course, je donnerai mon maximum », dira-t-il. Parlant de l’ambiance au sein de la sélection, il dira qu’il sent beaucoup d’enthousiasme et l’envie de bien faire.
« L’État a mis le paquet pour nous accorder des facilités dans notre préparation et les athlètes ont envie de montrer que tous ces investissements n’ont pas été faits dans le vide », confie le médaillé d’or du tour de piste de Tana.
Autre Mauricien qui aura un titre à défendre : Guillaume Thierry. Le décathlonien, qui a entamé la compétition ce matin, espère réussir la même performance qu’il y a quatre ans. « Je me sens bien mais la compétition risque d’être féroce. Il ne faudra rien laisser passer. Je vais rester concentré afin de marquer le maximum de points dans chaque épreuve », a-t-il dit.
Thierry se méfie surtout du Malgache Ali Kamé, qui avait été médaillé d’argent en 2007. « Ali a réalisé 7600 points lors du meeting international en avril, alors que moi, j’avais réalisé 7444 points. Mon but n’est pas spécialement de battre mon record personnel mais plutôt de prendre la première place. J’ai confiance et j’espère seulement que mon corps répondra. »
Les cinq premières épreuves au programme du décathlon sont le 100m, la longueur, le lancer du poids, le saut en hauteur et le 400m. Demain, place aux cinq dernières épreuves que sont le 110m haies, le lancer du disque, le saut à la perche, le lancer du javelot et le 1500m.
Joël Sévère dira que la sélection mauricienne est prête à livrer bataille et qu’un très bon état d’esprit règne. « L’équipe a été très bien encadrée et il n’y a pas eu d’anicroche depuis notre arrivée aux Seychelles. Au niveau de l’hébergement et de la restauration, on n’a eu aucun problème et nous n’avons aucun blessé à déplorer. Ce qui fait que l’équipe est prête à passer à l’action », estime-t-il.