Tenaw Belete Enyew (hommes) et Tigist Teshome Ayanu (dames), tous deux d’Éthiopie, ont inscrit leurs noms au palmarès de la 7e édition du Marathon International Orange couru hier matin à Mon Choisy. Ils ont pulvérisé le record du parcours en survolant la distance en 2h15’33 et 2h38’26. Le Kenyan Anthony Ndungu Mugo, tenant du titre et détenteur de la meilleure marque en 2h17’31, est retombé à la 7e place en 2h23’49. Quant à la Sud-Africaine Cornelia Joubert, qui signait l’an dernier le temps le plus rapide chez les dames en 2h39’36, elle s’est désistée à la dernière minute pour cause de blessure.
Coup d’essai et coup de maître pour Tenaw Belete Enyew, 21 ans. Il s’est révélé irrésistible sur l’intégralité de ce parcours situé entre Mon Choisy, Pointe-aux-Canonniers, Bain Boeuf, Mon Choisy, Pointe-aux-Piments, Balaclava et retour vers le point de départ pour l’arrivée. Il a été l’un des grands animateurs de la course au sein de toute une horde de coureurs étrangers qui creusèrent l’écart très tôt. Son compatriote Esayas Data Amato de même qu’un Tanzanien, deux Kenyans, un Namibien, un Érythréen, un Zimbabwéen, un Lesothan et même le Malgache Jean de la Croix Rakotomalala étaient tous bien embarqués. Ce dernier finira quand même 6e à l’arrivée en 2h23’39 pour afficher ses prétentions aux Jeux des îles l’an prochain à La Réunion.
Mais après 5 km (16’21) et le détour par Bain Boeuf (10 km : 32’31), ce peloton commencera à s’effriter sur un premier coup d’accélération donné par Enyew peu avant d’atteindre Pointe-aux-Canonniers. Les dégâts étaient considérables. Son compatriote Amato, le Kenya Mugo et le Tanzanien Ama seront parmi les seuls à s’accrocher dans son sillage… avant qu’il ne prenne définitivement la clé des champs au 20e km bouclé en 1h04’25 (Mon Choisy).
Enyew, dont l’allure avait légèrement faibli vers la mi parcours, caracolait malgré tout seul en tête à Trou-aux-Biches (25 km) avec une avance confortable (1h19’30) sur le Zimbabwéen Jari, qui était alors son plus proche poursuivant (1h20’05). Plus loin à Pointe-aux-Piments (30e km), un trio composé du Tanzanien Ama, de l’Éthiopien Amato et du Zimbabwéen se détacha pour se placer en embuscade. Mais ces derniers ne purent jamais revenir sur le fuyard, qui avait accentué son avance à une minute (1h35’41 contre 1h36’41). Le faux-plat vers Balaclava ne verra aucun changement. Et c’est en cavalier seul et en vainqueur que l’Éthiopien Tenaw Belete Enyew ralliera l’arrivée.
Ne s’exprimant pas en anglais, il parvint quand même à nous expliquer que c’était son premier marathon et qu’il a déjà couru le semi en 1h03. Très ravi, il avoua que « l’objectif est de courir en 2h04 l’an prochain, qu’il soit ici, où ailleurs. » Sans manager ni de sponsor, tout comme Amato, son équipier de l’équipe nationale d’Éthiopie, tous deux ont cependant décidé de passer professionnels.
Dans la course féminine, l’Éthiopienne s’est avérée, certes, plus rapide que la Sud-Africaine Joubert l’an dernier. Mais la lutte a été intense tout au long de la course contre la Namibienne Armas et la Kenyane Nyagacha. « Le vent et la chaleur ont rendu la course plus difficile après 25 km. C’est pourquoi je suis passée loin de mon meilleur temps réalisé le mois dernier en 2h36 en Lettonie », avoue Tigist Teshome Ayanu, 23 ans. Elle compte à l’avenir s’attaquer au marathon de Dubaï.