Les 18es championnats d’Afrique d’athlétisme débutent aujourd’hui au stade Charles de Gaulle au Bénin. Sept athlètes mauriciens y sont engagés dont Guillaume Thierry, qui était le premier à entrer en action en début d’après-midi à partir de 12h30 au décathlon. Les sprinters Thierie Ferdinand, Fabrice Coiffic et Mary-Jane Vincent étaient également engagés dans les séries du 100 m.
La compétition devait débuter normalement ce matin à 11h30 (heure de Maurice). Mais elle a été repoussée à 12h30, a-t-on appris. Ce décalage a provoqué des modifications dans l’horaire prévu des autres épreuves. L’après-midi d’hier a été marqué par la cérémonie d’ouverture qui s’est déroulée en présence des personnalités politiques et sportives de l’État béninois ainsi que ceux de l’IAAF et de la CAA, en l’occurrence, le Sénégalais Lamine Diack et le Camerounais Hamad Kalkaba Malboum.
À quelques heures de l’ouverture, ce dernier avait exprimé sa satisfaction sur l’évolution des préparatifs autour de l’événement, le deuxième plus grand du continent après la Coupe d’Afrique des nations de Football. Il s’était rendu à Cotonou pour évaluer l’état des lieux.
« On a constaté une avancée notable dans les travaux du terrain d’échauffement. On a été rassurés sur tous les plans. Nous sommes très satisfaits que la compétition ait lieu à la date et aux lieux prévus. Nous rentrons satisfaits et nous allons lancer un message fort aux compétiteurs et aux encadreurs que le Bénin est fin prêt », a-t-il indiqué.
Ces championnats d’Afrique sont donc bien lancés, d’autant qu’ils représentent pour la plupart des contingents sur place l’un des derniers voire l’ultime rendez-vous à saisir pour la qualification aux JO de Londres (27 juillet-12 août).
En tout cas, c’est ainsi qu’on peut résumer la situation quant à certains athlètes mauriciens qui sont candidats à l’événement planétaire. Car aucun d’entre eux n’a à ce jour satisfait les barèmes. On pense notamment aux trois sprinters en lice ainsi qu’à la demi-fondeuse Annabelle Lascar (800 m) et au décathlonien Guillaume Thierry. Mais dans le cas qu’aucun athlète mauricien ne réalise les minima, une invitation spéciale sera alors attribuée à chaque gent.
Il y a deux ans, Guillaume Thierry s’était distingué en revenant de Nairobi avec la médaille de bronze acquise avec 7100 pts derrière les Algériens Larbi Bourrada (8148 pts) et Mourad Souissi (7818 pts), celui-ci vice-champion d’Afrique en 2006 à Maurice. Depuis, le Malgache Ali Kamé, qui avait échoué au pied du podium à Nairobi (7072 pts), se positionne comme un nouveau candidat au podium avec ses 7685 pts contre 7444 pts au Mauricien réussis l’an dernier à Maurice lors du meeting africain des épreuves combinées.
100 ans de l’IAAF
Reste que l’an dernier aux Jeux d’Afrique de Maputo, Thierry fut l’auteur d’un véritable tour de force en s’octroyant la médaille d’argent aux dépens de son grand rival du Centre international d’athlétisme de Maurice en totalisant 7481 pts, sa nouvelle référence nationale, alors que Kamé se contenta du bronze avec 7458 pts. Le Libérien Addy Jangy, intouchable avec une marque de 7958 pts, s’adjugeait le titre.
À Cotonou, Guillaume Thierry et Ali Kamé visent tous deux la qualification olympique (minima B : 7 700 pts) qu’ils ont ratée au moins deux fois depuis avril. Ils pourront compter sur une opposition très relevée pour valider leur place, même si l’Algérien Larbi Bourrada, devenu vendredi dernier le nouveau maître du décathlon en faisant exploser le record d’Afrique avec une marque de 8 332 pts réalisée à Ratingen en Allemagne, sera le grand absent du concours.
L’Algérien aura même battu par plus de 100 pts l’Allemand Jan Felix Knobel (8228 pts), qui réalise tout de même le minimum olympique, et le Cubain Yordani Garcia, 3e avec 8 005 pts. Larbi Bourraba, 24 ans, a décidé de faire l’impasse sur le décathlon pour se préserver en vue de l’échéance londonienne. Il défendra par contre ses chances à la perche où il voudrait confirmer son titre remporté l’an dernier aux Jeux d’Afrique de Maputo. Il sera aussi d’attaque au 110 m haies et au saut en longueur, histoire de garder le niveau avant Londres.
La délégation mauricienne dirigée par l’entraîneur national de lancers, Joël Sévère, a rallié samedi Cotonou via Nairobi. Elle est composée de Fabrice Coiffic, Thierie Ferdinand, Mary-Jane Vincent (100 m-200 m), Bernadette Ravina (javelot), Annabelle Lascar (800 m), Guillaume Thierry (décathlon) et Elvino Pierre-Louis (disque).
Ces 18es championnats d’Afrique accueillent 816 athlètes, soit 466 hommes et 350 dames venant de 50 des 53 pays du continent. L’événement coïncide avec la célébration du centenaire de la Fédération internationale d’athlétisme.