On s’attend que le public réponde présent aujourd’hui et surtout demain au 19e Meeting international d’athlétisme de Maurice qui se déroule au stade Germain-Comarmond à Bambous. Le fort contingent d’athlètes étrangers est pratiquement déjà sur place pour donner vie à ce double événement qui comporte un meeting africain des épreuves combinées de haut niveau échelonné sur les deux jours et un meeting individuel tout aussi relevé et paré de ses meilleurs attraits avec sept épreuves internationales qu’il faut bien dire restent le point d’orgue de l’événement. Mais les véritables vedettes seront dans les gradins…
On le sait, depuis bien des années maintenant, le meeting mauricien ne remporte pas le même succès auprès du public que son homologue de La Réunion qui, en trois éditions, a pris son envol. Pourtant, que n’a-t-on pas fait et tenté pour que le public reviennent et que les tribunes soient bien garnies ? Il y a bien eu des athlètes étrangers de renom et même locaux qui ont fait chauffer la piste, les aires de lancer et de saut durant leur passage à Maurice.
En 2012, un coureur kenyan avait relevé le défi de se qualifier au 800 m pour les JO de Londres en dépit d’un fort vent contraire dans la ligne droite finale. La Ghanéenne Margaret Simpson et la Belge Nafissatou Thiam y avaient aussi validé de manière remarquable leur qualification à l’heptathlon. Au décathlon, les performances ont toujours été de qualité depuis tout au moins 2011. Elles ont même déjà été supérieures à 7500 points.
Et l’an dernier encore, le sprinter lesothan Mosito Lehata, qui évolue au Centre international d’athlétisme de Maurice, avait fait parler la poudre en assurant sa place par voie de minima au 200 m pour les mondiaux moscovites. Il confirma sa prestation en y atteignant les demi-finales tout comme l’année précédente aux JO de Londres. Il y a aussi eux d’autres athlètes mauriciens et étrangers à avoir profité du meeting pour valider leur place aux mondiaux de leur catégorie, ainsi qu’aux championnats d’Afrique, Jeux de la Francophonie et Jeux du Commonwealth.
Performances et plateau de qualité ont donc toujours été réunis pour assurer le succès du meeting. De plus, afin de favoriser la participation des groupes d’athlètes étrangers venant en majeure partie d’Europe, il leur a été souvent proposé de coupler compétition et stage de préparation/entraînement intensif effectué durant la semaine précédente, même après, bien au chaud dans des conditions climatiques très avantageuses, loin du froid européen. Et que dire de l’intérêt accru et sans cesse renouvelé démontré pour assurer l’avenir des athlètes régionaux, jeunes et moins jeunes ? Le meeting est aussi pensé pour eux afin qui leur soit permis de s’aguerrir au frottement des meilleurs.
Reste qu’en dépit de tous ces efforts, le public n’a jamais vraiment comblé les attentes. N’en démordant point, cette année, les organisateurs ont quand même remis doublement l’ouvrage sur le métier en s’assurant que l’événement bénéficie d’une plus grande médiatisation à travers ProAktivPR, société de communication, de relation publique et d’événementiel.
Kids corner, distribution de bons d’achat offrant des remises sur des équipements sportifs, production d’une des nouvelles stars locales de la chanson mauricienne en fin de meeting pour drainer la grande foule, accord spécial conclu avec un groupe de presse pour la retransmission en permanence sur les ondes : autant de mesures novatrices mises en branle pour sauver le meeting de l’anonymat. On n’attend plus que le public pour que les athlètes ne se produisent pas dans un stade vide. L’entrée y sera d’ailleurs graduite aujourd’hui comme demain…